Angleterre : le burger le plus épicé du pays est interdit aux -18 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Un hamburger 18 000 fois plus épicé que les autres
Un hamburger 18 000 fois plus épicé que les autres
©Reuters

Aïe aïe aïe

Angleterre : le burger le plus épicé du pays est interdit aux -18 ans

Cinq personnes ont déjà été hospitalisées après avoir mangé ce sandwich.

Le hamburger le plus épicé du monde ne se trouve pas en Colombie ou en Inde, mais à Brighton, en Grande-Bretagne. Le sandwich, baptisé le XXX Hot Chilli Burger est 18 000 fois plus épicé qu'un piment traditionnel et tellement puissant que cinq personnes ont déjà été hospitalisées, explique Le "Daily Mail" dans son édition du 10 mars. 

Face aux dangers de ce sandwich, le restaurant qui propose le Chilli burger impose désormais aux clients qui ont plus de 18 ans de signer une décharge. "Je soussigne et accepte toute responsabilité quant aux effets provoqués par la consommation du XXX Hot Chili Burger et décharge le restaurant Burger Off, son propriétaire et son personnel de toute implication", peut-on lire sur l'affiche. En effet, la prudence est de mise puisque le burger est soupçonné d'entraîner des chocs anaphylactiques. 

À l'ouverture de son restaurant, beaucoup de clients se plaignaient du manque d'épices dans les burgers. Lassé, Nick Gambardella décide donc de créer le burger le plus «hot» possible. Mission accomplie. Depuis, goûter le burger de Nick Gambardella est devenu un véritable défi à Brighton et en Angleterre. «Certains clients voyagent des centaines de kilomètres pour venir», explique le restaurateur. «Des parents viennent même avec leurs enfants pour leur montrer le burger.» Mais hors de question pour Nick Gambardella de donner sa recette secrète. «Si je vous le dis, je devrai vous tuer ensuite», répond-il aux curieux.

"Beaucoup de gens considèrent cela comme un défi", explique le patron du restaurant, Nick Gambardella. Pour le moment, seules 59 personnes sur 3.000 ont réussi à finir le plat, rapport le "Daily Mail". "L'un de mes clients travaille à l'hôpital. Il est venu me dire que le personnel s''était réuni pendant deux heures pour parler de mon burger et de la façon dont il faut traiter les 'blessés'." Par contre, Nick Gambardella, lui, n'a toujours pas osé frotter ses papilles au burger. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !