Alain Coldéfy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts

À Propos

L’Amiral Alain Coldefy est directeur de recherche à l’IRIS, spécialiste de la politique et stratégie de défense, de la stratégie maritime et de l’industrie de défense.

L’amiral Alain Coldefy a terminé sa carrière militaire le 1er septembre 2006 comme Inspecteur Général des Armées. Il était précédemment Major général des Armées, poste dans lequel il a conduit les réformes structurantes de l’administration centrale et a été personnellement chargé par le ministre du « Livre Blanc » interne de 2005, nommé « Eclairage 2020 » et dont les travaux ont servi lors de la préparation du LB 2008.

Au plan opérationnel, il a commandé le PA Clemenceau engagé en Bosnie et la force aéronavale franco-britannique pendant les opérations du Kosovo et il a été directeur des opérations et de la logistique de la Marine.

Dans le domaine politico-militaire, il a été adjoint puis directeur des relations internationales des armées après avoir été conseiller au cabinet du ministre

Il a ensuite acquis une grande expérience des enjeux industriels civils et militaires en tant que Conseiller Défense du Président du Groupe EADS.

Il reste impliqué dans les cercles de la réflexion stratégique, en particulier en tant que Directeur de la Revue Défense Nationale et Vice-Président de la Fondation pour la Recherche Stratégique.

Il est par ailleurs membre de l’Académie de Marine.

Ses Contributions

Non, le conflit des générations n'aura pas lieu !

Tribune

Non, le conflit des générations n'aura pas lieu !

La bombe humaine : Turquie, Syrie, Russie, Europe… comment les migrants sont devenus la nouvelle arme non conventionnelle utilisée par (presque) tous

Guerre asymétrique

La bombe humaine : Turquie, Syrie, Russie, Europe… comment les migrants sont devenus la nouvelle arme non conventionnelle utilisée par (presque) tous

Mardi 1er mars, le général américain commandant les forces de l’Otan en Europe accusait la Russie et la Syrie d’utiliser les mouvements migratoires comme une arme pour déstabiliser l’Europe. Cette instrumentalisation stratégique du phénomène migratoire est partagée par la plupart des acteurs impliqués dans le conflit syro-irakien, Etat islamique compris.

Contributeurs les + lus