Le professeur Didier Raoult ne croit pas à une deuxième vague du Covid-19 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: DR / Capture d'écran YouTube / IHU Méditerranée

Espoir

Le professeur Didier Raoult ne croit pas à une deuxième vague du Covid-19

Le professeur Didier Raoult ne croit pas à la possibilité d’une deuxième vague de coronavirus en France. Il l’a expliqué dans une vidéo dévoilée cette semaine. 

"L’histoire de rebond, c’est une fantaisie qui a été inventée à partir de la grippe espagnole qui a commencé l’été, et qui n’a rien à voir. On suit avec énormément de tests l’épidémie, et donc, on a eu un pic […] et depuis on a une décroissance continue. […] Les épidémies commencent, s’accélèrent, elles culminent, c’est le moment maximal de transmissibilité, et elles diminuent, et elles disparaissent, et on ne sait pas pourquoi".

Le directeur de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille estime que les dates annoncées pour le début du déconfinement ne sont "pas extravagantes" avec l’horizon du 11 mai. Didier Raoult s’appuie notamment sur des projections réalisées par des mathématiciens de Singapour : 

"Les dates qui ont été fournies par le Président ne sont pas extravagantes, dans le sens où cette étude prédit que 97 % des cas auront eu lieu aux alentours du 7 mai et 99 % aux alentours du 19 mai. On est dans la marge du moment où l’on devrait pouvoir faire du déconfinement et isoler seulement les gens qui sont positifs. Sachant qu’il est vraisemblable qu’à ce moment-là, la transmissibilité du virus sera devenue beaucoup plus faible".

Dans le cadre de cette vidéo, le professeur Raoult est revenu également sur les traitements existants, sur les polémiques liées à la chloroquine et sur l’influence des médias et l’emballement médiatique lié à la crise du coronavirus.

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !