L'OMS alerte sur le coronavirus qui constituerait une "très grave menace" pour la planète | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Crédits Photo: Capture d'écran Euronews

Endiguer l'épidémie

L'OMS alerte sur le coronavirus qui constituerait une "très grave menace" pour la planète

Le nouveau coronavirus constitue une "très grave menace" pour le monde, selon le chef de l'OMS. Tedros Adhanom Ghebreyesus s'est exprimé ce mardi dans le cadre d'une conférence sur la maladie ce mardi à Genève. 

"Avec 99% des cas en Chine cela reste une grande urgence pour ce pays, mais cela constitue aussi une très grave menace pour le reste du monde. […] Ce qui importe le plus, c’est d’arrêter l’épidémie et de sauver des vies. Avec votre soutien, c’est ce que nous pouvons faire ensemble ". 

Près de 400 scientifiques vont passer en revue durant deux jours les moyens de combattre l’épidémie. 

Lors de cette conférence de presse, le directeur de l'OMS a lancé un appel à tous les pays pour faire preuve de "solidarité" en partageant les données dont ils disposent : 

"C’est particulièrement vrai pour ce qui concerne les échantillons et le séquençage (du virus). Pour vaincre cette épidémie, nous avons besoin d’un partage équitable". 

Tedros Adhanom Ghebreyesus s'était alarmé également des cas récents de contaminations au Royaume-Uni : 

"Ces derniers jours, nous avons vu des cas inquiétants de transmissions de personnes n'ayant pas voyagé en Chine... La détection de ce petit nombre de cas pourrait être l'étincelle qui deviendra un plus grand feu, mais pour l'instant, ce n'est qu'une étincelle. Notre objectif reste le confinement".

D'après un dernier bilan, plus de 43.130 personnes ont été contaminées par ce virus en Chine continentale, et au moins 1.018 individus sont morts. 

Les ministres européens de la Santé vont se réunir en urgence jeudi à Bruxelles afin de discuter de mesures coordonnées contre l'épidémie.

Euronews - 20 Minutes - Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !