Iran : le "compteur de la fin du monde" sur le nucléaire et la "ligne rouge" avec Israël | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: Capture The Economist

Bataille de chiffres

Iran : le "compteur de la fin du monde" sur le nucléaire et la "ligne rouge" avec Israël

Comment expliquer simplement la crise nucléaire entre Israël et l'Iran ? "The Economist" a trouvé la solution.

La "ligne rouge". Cette limite au-delà de laquelle Israël attaquera les installations nucléaires iraniennes - dixit Benyamin Netanyahu - est au cœur de bien des tensions internationales. Mais à quoi correspond-elle dans les faits ? Grâce à une simple vidéo, "The Economist" permet d'y voir plus clair sur cet enjeu majeur.

Tout d'abord, comment fabrique-t-on une bombe nucléaire ? Il faut entre 94 et 210 kilos d'uranium moyennement enrichi à 20% - la quantité nécessaire dépendant de l'efficacité du processus d'enrichissement. L'Iran a, de son côté, produit pas moins de 219 kilos depuis février 2010, soit une quantité supérieure à la concoction de la bombe. Sauf que, sur ces 219 kilos, 96 ont été convertis par Téhéran en oxyde d’uranium pour alimenter ses réacteurs nucléaires : restent donc 123 kilos qui, avec un enrichissement "efficace", peuvent suffire à produire la bombe tant crainte.

Du côté d'Israël, Netanyahu avait fixé la "ligne rouge" à 250 kilos - soit plus, à la fois, que la production de l'Iran depuis trois ans, mais aussi plus que la quantité maximale nécessaire à la fabrication d'une bombe. Mais ce chiffre est à prendre avec des pincettes, comme l'explique "The Economist" : il n'est pas impossible que le Premier ministre de l'Etat hébreu faisait référence, non pas à l'uranium moyennement enrichi, mais à l’hexafluorure d’uranium, un composé de l’uranium produit pendant l’enrichissement. Ce qui abaisserait la "ligne rouge" à 165 kilos, soit une quantité déjà dépassée par Téhéran dans l'absolu et qui, déduction faite de la partie convertie en oxyde d'uranium, pourrait tout de même être franchie à la fin de l'année. Une situation qui pourrait évoluer avec l'arrivée d'un nouveau président considéré comme plus modéré, Hassan Rohani, mais qui a d'ores et déjà exclu toute renonciation au programme national d'enrichissement d'uranium.

Vu sur The Economist

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !