William Martinet, président de l'UNEF, anti-loi El Khomri et futur ministre... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
William Martinet, président de l'Unef.
William Martinet, président de l'Unef.
©Unef / Wikimedia Commons

Mouvement perpétuel

William Martinet, président de l'UNEF, anti-loi El Khomri et futur ministre...

Étudiant en master au Cnam et diplômé d'une licence de biologie, le leader étudiant à la tête de la fronde anti-loi Travail est le clone des rédacteurs dudit texte.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

William Martinet, président de l'UNEF et leader de la contestation étudiante sur la loi Travail, est un personnage intéressant parce que totalement prototypique.

D'abord, on subodore qu'il ne connaît pas grand chose au monde de l'entreprise – étant encore en 3e année de biologie à 27 ans et militant à plein temps – mais ça ne l'empêche pas d'être convaincu que le texte de Myriam El Khomri signe la fin des haricots pour les salariés du privé.

Il est accessoirement le négociateur officiel de son organisation sur la douloureuse question de la sélection pour l'inscription en master (il est contre, on le comprend).

De fait, au vu de ses difficultés à acquérir les compétences nécessaires à l'obtention de sa licence, il ne connaît sans doute pas grand chose à la vie étudiante au sens propre non plus – au-delà de l'organisation d'AG et de la diffusion de tracts s'entend. Au lycée déjà, il se bagarrait contre le CPE, ce qui ne l'avait toutefois pas empêché de décrocher son bac semble-t-il, mais peut-être sa capacité à multitasker était-elle supérieure à l'époque...

Mais de quoi est-il prototypique, donc ? Oh, pas seulement du branleur qui peut passer dix ans en licence parce que la fac française ne coûte pas un rond et qu'on peut l'encombrer au détriment d'étudiants authentiques pour s'y faire les dents en politique. Non : c'est surtout qu'il est le clone exact de la quasi totalité des têtes pensantes du PS et d'une grande partie de ses élus, passés directement de la contestation estudiantine aux cabinets ministériels après un peu d'assistanat parlementaire (cf. : le type qui vient justement de poignarder El Khomri dans le dos et dont le nom m'échappe).

Ce qui est rigolo, c'est que lorsqu'il sera lui même ministre de ceci ou cela, ou même simplement conseiller du ministre de ceci ou cela, que la majorité de gauche du moment aura procédé à son habituel aggiornamento semi-libéral de mi-mandat, il verra sa propre réforme torpillée dans la rue par son successeur de l'UNEF au nom de la défense des intérêts du peuple. Sa Némésis de dans quinze ans étant probablement encore au collège, il a tout de même le temps de s'y préparer.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

61% d’électeurs de droite opposés au projet de loi El Khomri : mais où sont passés les libéraux ?Déjà plus de 750 000 signatures pour la pétition contre la loi El Khomri : à combien basculera-t-on d'une colère catégorielle à une rébellion généralisée ?Loi Travail : "à l'arrivée, la montagne accouchera d'une souris" affirme Nicolas Sarkozy

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !