Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Premier succès du clonage thérapeutique humain chez des adultes.
©Reuters

Atlantico santé

Premier succès du clonage thérapeutique humain chez des adultes ; En bref : bientôt du sang artificiel pour les transfusions ?

Et aussi : En bref : certains antidouleurs seraient mauvais pour le cœur ; En bref : bientôt un embryon numérique contre les maladies génétiques ? ; La cigarette électronique pourrait favoriser les tumeurs du poumon.

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Premier succès du clonage thérapeutique humain chez des adultes

En mai 2013, des scientifiques avaient réussi à créer des cellules souches embryonnaires par clonage thérapeutique, mais uniquement depuis des cellules d’un nouveau-né. Cette fois, des concurrents ont réussi la même performance, avec deux hommes de 35 et 75 ans, en changeant légèrement le protocole.

Certains en ont douté, mais ils l’avaient bel et bien fait. Il y a un an, en mai 2013, une étude menée par Shoukhrat Mitalipov, de l’université de la santé et des sciences de l’Oregon (OHSU, États-Unis) aboutissait aux premières cellules souches embryonnaires obtenues par clonage thérapeutique, à partir de cellules provenant d'un nouveau-né de huit mois. Une petite révolution qui avait été doucement contestée, puisqu’un anonyme avait repéré quelques anomalies dans les figures. Le premier concerné se défendait de toute fraude scientifique, dans un domaine de recherche qui n’en est pas exempt : il n’y a qu’à se rappeler de l’annonce des membres raëliens de Clonaid en 2002, pour laquelle aucun élément probant n’a été apporté, ou de la duperie avérée du chercheur coréen Hwang Woo-suk en 2004.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : bientôt du sang artificiel pour les transfusions ?

La quête d'un sang artificiel se poursuit. Des scientifiques britanniques viennent de réussir à obtenir des globules rouges à partir de cellules souches et créer un sang de groupe O qu’ils espèrent tester prochainement.

Le don du sang sauve des vies. Malheureusement, il n’est pas suffisant et les institutions médicales sont en permanence à la recherche de nouveaux donneurs. Et si la production de sang industriel était la solution ? Au Royaume-Uni, la fondation Wellcome Trust a mis au point du sang artificiel. Ce procédé, qui résoudrait bien des problèmes de pénurie, devrait bientôt être testé sur trois patients britanniques.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : certains antidouleurs seraient mauvais pour le cœur

L’absorption de certains antalgiques n’est pas sans danger pour la santé. Des chercheurs viennent en effet de montrer que la prise régulière de ces médicaments peut augmenter le risque de problèmes cardiaques. Reste à comprendre le mécanisme mis en jeu…

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), dont font partie l’aspirine et l’ibuprofène, sont utilisés pour réduire la douleur, la fièvre et l'inflammation. Mais ils pourraient avoir des effets négatifs sur la santé. C’est en tout cas ce qu’a observé une équipe néerlandaise dont les résultats sont publiés dans la revue British Medical Journal.

Lire la suite sur Futura-sciences

En bref : bientôt un embryon numérique contre les maladies génétiques ?

Pourrait-on prédire le risque de maladies génétiques avant même la conception d’un bébé ? Un laboratoire propose de réaliser cette prouesse grâce à la création d’une sorte d'embryon numérique combinant les génomes des deux parents. Les experts sont cependant inquiets des problèmes éthiques liés à cette technologie.

Jusqu’ici, pour connaître le risque de maladies génétiques de son futur bébé, il fallait réaliser une amniocentèse, un examen du liquide amniotique qui permet de détecter des problèmes chromosomiques chez le fœtus. Mais aujourd’hui, le laboratoire GenePeeks propose de connaître ce risque avant même la conception. Comment ? Grâce à un algorithme et aux techniques de séquençage. Les scientifiques ont mis au point un système informatique capable de fabriquer une sorte d'embryon numérique en combinant virtuellement l'ADN des deux parents. On peut alors estimer les risques pour le futur enfant de développer une maladie génétique.

Lire la suite sur Futura-sciences

La cigarette électronique pourrait favoriser les tumeurs du poumon

De nombreuses voix s’élèvent pour défendre les vertus de la cigarette électronique, supposée moins dangereuse que la cigarette à base de tabac. Néanmoins, une recherche préliminaire remarque des ressemblances frappantes entre les situations sur la génétique des cellules pulmonaires. Qu’en conclure ? Au moins que l’e-cigarette n’est peut-être pas aussi inoffensive que prévu.

En quelques années, elle a explosé. La cigarette électronique fait désormais fureur chez 1 à 2 millions de Français et au moins 7,5 millions d’Européens. Les premières études épidémiologiques suggèrent que la plupart des vapoteurs ont été ou sont toujours fumeurs, ce qui sous-entend que cette nouvelle mode contribue au sevrage tabagique. Riche en nicotine, la substance addictive, elle est perçue comme un substitut à la cigarette tabagique, et surtout jugée à priori moins toxique parce que la solution de propylène glycol utilisée ne contient que très peu des 4.000 composés nocifs inhalés lors de la combustion du tabac.

Lire la suite sur Futura-sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !