Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
©

Revue de presse des hebdos

Nos politiques en vacances ; le sexe et ses fantasmes cru 2015 ; le développement des éco-quartiers

Et aussi : cinq découvertes lumineuses qui vont changer votre vie ; les penseurs islamiques : véritable continent englouti ; l’immigration en France : "trop de démagogie, pas assez de pédagogie"... C'est la revue de presse des Hebdos, par Sandra Freeman.

Sandra Freeman

Sandra Freeman

Sandra Freeman est journaliste et productrice.

 

Voir la bio »

Cinq découvertes lumineuses qui vont changer la vie 

Le Point offre cette semaine sa une à la science et à un de ses savants les plus emblématiques aujourd’hui en France : Etienne Klein.  Ainsi, s’appuyant sur ce qu’ils appellent "le petit manuel savant d’Etienne Klein", le journal offre un joli portrait de ce monsieur qui arrive à rendre la science accessible à tous (d’où cette série de qualificatifs : "accélérateur de connaissances", "traducteur") dont on apprend qu’il est non seulement amoureux de la physique quantique, mais aussi des anagrammes ou de l’alpinisme. Mais ce n’est pas tout.

Vous voulez tout savoir des "cinq découvertes qui vont changer votre vie" ? Cinq professeurs du collège de France vous les décryptent :

Tout est programmation

En biologie, "les promesses de la plasticité du cerveau" avec le développement des interfaces cerveaux-machine pour développer des prothèses électroniques. On parle ici de l’humain augmenté : "l’ordinateur prolonge notre cerveau comme l’outil a prolongé le bras".

Tout est cellule

En Chimie, "la puissance de cette matière augmente sans cesse" et on copie de plus en plus le vivant pour inventer des matériaux : "Nous avons désormais la capacité d’utiliser l’usine cellulaire pour produire des choses utiles !"

Tout est calcul

En informatique, on voit l’omniprésence des algorithmes dans le domaine des transports, ou de la communication : "une révolution est entrain de s’opérer avec l’informatisation massive des sciences  et des technologies qui deviennent très fortement algorithmiques."

Tout est miniature

La physique nous souhaite aussi la bienvenue dans l’ère du post-silicium, qui a remplacé les transistors, pour aller de plus en plus loin dans la miniaturisation.

Tout est cellule et molécule

En biologie cellulaire et moléculaire, "aujourd’hui on a une compréhension moléculaire des différents types de cancer. On les démonte comme on démonterait une horloge" et les espoirs sont considérables.

A l’envers, "les nouveaux obscurantistes" :

Renvoyant dos à dos les ravis, les enthousiastes, les chercheurs qui trouvent d’un côté et "les nouveaux obscurantistes" de l’autre (ceux qui sont "persuadés d’œuvrer pour le bien du monde", que "l’enfer est pavé de bonnes intentions" et qui ont donc la méfiance comme meilleure arme)… Le Point semble s’être fait son avis ! Le magazine se méfier des méfiants et constate que "l’obscurantisme profite de cette confusion permanente sur nombre de sujets entre le vraisemblable et le vrai" pour imposer son influence sur les réseaux. Le journal offre ainsi quelques colonnes à ceux qui ont "fait de nous des hypocondriaques, des sceptiques permanents" qui s’activent dans différents domaines, que ce soit les vaccins, l’empoisonnement généralisé,  ou la contamination technologique.

Mais le cœur du Point bascule clairement du côté de ceux qui croient au "progrès".

Face aux 54% de la population mondiale désormais urbaine : le développement des éco-quartiers

Et eux, ils sont plutôt optimistes ou obscurantistes ? "Ils militent aussi pour la convivialité" ! Télérama, termine sa série de Juillet autour du thème "Ils sauvent la planète", par les éco-quartiers qui "consacrent la verdure et carburent à l’énergie solaire". Le journal recadre un décor sombre aujourd’hui : "La ville étouffe ! Trop de voitures, pas assez de nature. Chacun pour soi. Chacun chez soi. Des bâtiments mal fichus qui crachent 23% des gaz à effet de serre et dévorent 45% de l’énergie, loin devant les transports de l’industrie. Plus de 54% de la population mondiale est désormais urbaine, il est temps de penser la ville moins gourmande, plus aimable, mieux partagée". Et après le constat grisâtre, le dessin s’ensoleille d’une foultitude d’exemples : "les idées ne manquent pas, et c’est tant mieux". L’idée générale ? Développer donc "l’éco-quartier". On imagine que c’est de la ville plus écolo, mais concrètement ? En fait, c’est aujourd’hui un label (depuis 2012) qui est plutôt un outil pour adapter une démarche à tout type de territoire. "Il a été décerné à une quarantaine d’opérations menées aussi bien en ville qu’à la campagne".

Les penseurs islamiques : véritable continent englouti

En voici d’autres qui ont étudié la physique, la médecine, l’astrologie, la philosophie et les mathématiques… C’était il y a plus de mille ans !  L’Obs met en couverture cette semaine "Les géants de la pensée arabe".

Il s’agit d’Avicenne et d’Averroès. Tous deux ont été des auteurs d’œuvres immenses et passeurs de la philosophie grecque. Ces "penseurs islamiques sont encore pour nous un véritable continent englouti, passionnant à explorer", affirme le magazine qui demande ainsi cette semaine à de nombreux spécialistes de nous initier à ces hommes qui ont porté et été plus loin que la pensée d’Aristote et qui ont porté, "le savoir comme émancipation" (Avicenne, né près de Boukhara – aujourd’hui Ouzbékistan) et "la puissance de penser" (Averroès, né en Espagne).

Pourquoi en parler aujourd’hui ?

"Pour faire partager leur sagesse" rappelle l’Obs, "au lendemain des attentats terroristes de janvier 2015 l'académie de Versailles a lancé l'idée d'une exceptionnelle journée de formation des maîtres sur le thème des ressources philosophiques et spirituelles de l'islam". Les réactions n’ont pas été évidentes et "dans l'assistance, des agacements se firent sentir. Certains enseignants s'offusquèrent de ce qui constituait à leurs yeux une entorse à la laïcité, d'autres nièrent tout simplement qu'il puisse exister une quelconque philosophie islamique".

Aujourd’hui, le magazine tente de nous éclairer autrement : "la méconnaissance du rôle joué par les penseurs de l'islam dans l'Histoire de la philosophie fournit un puissant instrument rhétorique aux tenants d'une Histoire purement occidentale de la raison", souligne le médiéviste Alain de Libera.

L’immigration en France : "Trop de démagogie, pas assez de pédagogie"

Le projet de loi sur le droit des étrangers est examiné, en cette fin juillet, à l ‘Assemblée, ce qui "donne lieu à des surenchères de la droite et de l’extrême droite" avance L’Express cette semaine. Alors que ces dernières heures, la situation des migrants semble dégénérer à Calais, le magazine accorde ses premières pages Entretien à François Héran, qui est l’ancien directeur de l’Institut National d’Etudes Démographiques pour aborder avec lui quelques questions chiffrées sur l’état de l’immigration aujourd’hui en France.

Le démographe y "démonte les idées toutes faites et les slogans faciles" et affirme d’entrée que (lui) sait de quoi il parle : "la démographie, c’est comme la musique : il y a beaucoup d’amateurs, mais combien savent lire une partition ?". Alors quel est son nouvel air ?

D’abord, le cas de la Syrie : "Cessons de brandir des chiffres absolus pour prétendre que la France est le pays d’Europe le plus généreux pour l’asile !"

D’abord, il recadre globalement "qu’après 5 ans de guerre, plus de 4 millions de syriens ont fui leur pays, surtout vers les états limitrophes". Et concernant l’Europe et la répartition des demandeurs d’asile, "en 2014, l’UE a reçu 122 000 demandes d’asile. L’Allemagne a accordé sa protection à 16 000 Syriens, la suède 17 000". Et la France ? "2000"!

Et le nombre d’immigrés en France ?

En France, ça représente 12% de la population. "Il n’existe aucun critère scientifique pour dire que c’est trop ou pas assez. Pour comparer, en Finlande, c’est 4%. Au Luxembourg, c’est 37%". Par contre, le démographe fait remarquer ce qui apparaît dans les sondages : "la surestimation, est très nette" dans l’impression de "recevoir le plus de migrants que les autres".

L’immigration est-elle l’unique cause de croissance de la population ?

"Non, c’est faux", répond-il, "un tiers de la croissance démographique est liée à l’immigration depuis soixante dix ans, c’est important mais très loin de 100%". De fait, "on s’imagine que le pays serait passé depuis la guerre de 45 à 65 millions d’habitants du seul fait de l’immigration. C’est oublier deux autres facteurs : le baby-boom qui a eu des effets sur plusieurs générations et le vieillissement de la population, qui a ajouté un nouvel étage à la pyramide des âges".

Le Français, le sport et "la passion de l’exploit"

Mais le dossier mis en une par l’Express cette semaine est consacré à "La passion de l’exploit".  L’hebdomadaire se base sur des phénomènes clairement mesurés comme l’adhésion au "marathon de Paris" - dont "le nombre de participants a franchi cette année le seuil des 40 000" (contre 130 en 1976, lors de la première édition) – ou plus généralement, le fait que "62% des Français pratiquent une activité sportive à raison de 3 heures et 12 minutes hebdomadaires en moyenne"  (14% s’y adonnent au moins 5 heures). Le besoin de repousser ses limites est de plus en plus marquant et "le marché du sport relativement épargné par la crise reste dominé par les ventes dans le secteur du running et du fitness", explique le journal.

Les causes ?

"La volonté d’héroïser sa vie, le culte du corps, le refus de la vieillesse, ou l’individualisme forcené doublé d’une soif de communion". L’Express évoque aussi le "besoin de nature et d’exutoire dans un monde du travail durci par l’impératif de rentabilité", d’ailleurs "42 % des Français citent la nécessité de se déstresser comme principale motivation à la pratique du sport (selon le dernier baromètre Sport-Santé d’Ipsos)".

Les conséquences ?

"L’outdoor est un mode de vie. Le dépassement de soi, une nouvelle idéologie, presque une injonction." Mais aussi, le journal démontre que les marques utilisent de plus en plus le sport pour attirer et imposer leurs valeurs.

Les effets négatifs ?

L’abus ! "Gare à la bigorexie", qui est l’addiction à l’activité physique.

Les effets positifs ?

La mesure et la régularité ! L’hebdo a recueilli l’avis du docteur en physiologie, Samuel Vergès : "une pratique ré-gu-lière !" L’essentiel est là. Faute de quoi le cerveau développe une "fatigue à l’effort". De plus, "l’activité physique fait du bien dès lors qu’elle dure au moins trente minutes". Ainsi, l’activité "combat la dépression" car "elle affermit l’estime de soi".

Escorts boys, hommes poupées, bukkake, polyamour : le sexe et ses fantasmes cru 2015 ! 

"Sexe 2015". C’est le titre des Inrockuptibles en couverture cette semaine. En réalité c’est surtout un numéro sur les fantasmes et leurs concrétisations. Et autant dire que le magazine n’y va pas de main morte. D’abord parce que 2/3 du journal y est consacré. Et ensuite, parce qu’au niveau des illustrations des papiers, nous avons droit à un maximum de photos de sexes au repos… et dès que le sujet suscite des images trop sexuelles ou trashes, l’illustration passe alors au dessin ou à la peinture mais ne s’impose aucun tabou de représentation. Le sexe, "quoi de neuf ?", vous direz-vous… Et bien j’avoue, si on cherche côté tabou, on trouve de la matière.

Nous sautillons entre un sujet porno gay, un autre sur les "sexfies" (soit les photos prises de son propre sexe). En feuilletant, on peut croiser des "hommes poupées" qui sont ces "hommes d’apparence ordinaire" qui aiment se déguiser en poupée, ou quelques "Escort boys pour femmes" ! "J’ai beau ne pas travailler au bois ou sous une porte cochère, je suis une pute" déclare Denis, 32 ans. Sujet marginal ou tendance ?

Le magazine nous explique qu’en France, ça se développe encore peu mais qu‘au Royaume-Uni, "l’offre de prostitution masculine aurait été multipliée par trois ces cinq dernières années, passant de 5246 profils d’Escort boys en 2010 à 15732 en 2015" (en comparaison en 2015, on dénombre 28 000 Escort girls, soit à peine le double).

Autre tendance ? "Le polyamour" touche une population qui a aujourd’hui entre 20 et 50 ans. "Ni libertins, ni infidèles, ils rejettent l’idée du couple exclusif et vivent plusieurs histoires d’amour en même temps".

Plus anecdotique peut-être, le sujet sur ceux qui "se masturbent sur leur lieu de travail"… pourquoi ? "Par désir inassouvi ou par ennui". Où ça ? "Des toilettes à l’open space, le plaisir en solitaire exprime aussi une forme d’insoumission quasi politique" déclare les Inrocks qui s’emballent peut-être un peu sur la supposée grande liberté sexuelle aujourd’hui en 2015 ! "Le plus dur, c’est de reprendre discrètement sa respiration après" !

Et puis, je ne peux taire ce reportage du magazine, ce dimanche 19 juillet, "sur le tournage d’un bukkake". Qu’est ce que cela ? "Une scène porno où plusieurs amateurs sont invités à éjaculer sur une même actrice". J’apprends que c’est une pratique qui provient du Japon. Voici un moment choisi : "Installée près des toilettes, dans le garage, l’actrice qui sera au cœur de la scène se prépare. Elle s’appelle Natacha Guapa. Elle a 26 ans et elle est en colère" : "J’avais demandé à Pascal OP de m’inviter deux cent cinquante mecs et là ils ne sont que trente ! Bon ça fera l’affaire, mais quand même, je voulais exploser mon précédent record."

"Nos politiques en vacances" et en situation, croqués par Coco dans Charlie hebdo

Charlie Hebdo. Page 2. Pleine page, Coco propose une sorte de carte géographique sur laquelle elle positionne "nos politiques en vacances" et en situation… pour vous donner une idée de cette frise géante, voici quelques extraits (là aussi) du voyage (drôlement bien croqué) :

"Marine au concours de cri de cochon", "Trierweiler à la foire au saucisson" (pour vendre son livre Merci pour ce moment, "Sarkozy et Bruni (encore) sur le Yacht de Bolloré", Bayrou à la plage "avec les siens" (on voit sa tête dessinée sur le sable au milieu de méduses), Michel Sapin avec une tête de bouée corps-mort en pleine mer, Fillon dont on ne voit plus que les orteils puisqu’il "plonge", Cazeneuve accroc au terrorisme qui s’interroge  sur son "Maroilles qui part faire le djihad", DSK qui découvre Dijon (avec un pot de moutarde ouvert et orienté vers son sexe), "Philippot au club vacances" (avec uniquement des hommes et des cœurs rouges dessinés), ou "Mélenchon qui étrangle un requin de ses mains". A vous de découvrir d’autres détails.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !