Les 100 jours de M. Trump sur les marchés financiers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les 100 jours de M. Trump sur les marchés financiers
©JIM WATSON / AFP

Atlantico Bourse

Les 100 jours de M. Trump sur les marchés financiers

Pour les investisseurs en actions américaines les 100 premiers jours du nouveau président américain Donal Trump auront été très fastes : près de 12% depuis l’élection et plus 5% depuis l’investiture effective le 20 janvier.

Alain Pitous

Alain Pitous

Alain Pitous, Directeur Général Adjoint Associé de Talence Gestion (@alainpitous).

Talence Gestion est une société de gestion de portefeuille indépendante spécialisée dans la gestion sous mandat pour les particuliers et la gestion de fonds commun de placement en actions.

Précédemment, il a été pendant 5 ans (2009-2014) Deputy CIO d’Amundi (850 Milliards d’Euro sous gestion) et gérant du fonds Amundi Patrimoine de 2012 à juillet 2014.

Voir la bio »

L’idée générale pour expliquer une telle hausse était : « les investisseurs anticipent des mesures très pro-business et très pro-croissance que prendra M.Trump très rapidement après son élection ». 

100 jours après sur le plan économique M.Trump n’a finalement pas pu mettre en place ni même esquisser la mise en œuvre des principales mesures figurant dans son programme. 

La fin du mois d’avril a été marquée par le début de la publication des résultats des entreprises américaines : ils sont globalement plutôt bons. Pour autant, et malgré des perspectives encourageantes pour de nombreuses sociétés, les actions américaines sont assez chères si on les analyse sur des bases historiques classiques.

Concrètement après 100 jours les investisseurs attendent toujours le début d’un vrai plan de la part de D. Trump : La réforme de la santé a été repoussée, la réforme fiscale est loin de faire l’unanimité et le gigantesque plan de relance de 1000 Milliards est lui aussi quasiment passé à la « trappe ». Les mesures protectionnistes promises pendant la campagne ont plus ou moins été abandonnées au fil des rencontres avec les dirigeants chinois par exemple.

Le plus symptomatique de cette difficulté à faire passer des mesures fortes est la réforme de la fiscalité. D. Trump a martelé pendant toute la campagne que sa réforme serait la plus importante jamais mise en œuvre… ces derniers jours, après ses différents échecs précédents, tous les investisseurs s’attendaient à un plan complet, détaillé, ambitieux et financé…Au lieu de cela, le document fourni était particulièrement succinct et, sur les premiers constats s’avèrent avant tout favorable aux revenus les plus élevés et aux groupes « familiaux » (comme celui de la famille Trump…). Les classes moyennes ne profiteront pas non plus des réformes des droits de succession, elles aussi favorables aux patrimoines les plus élevés. Ces différents aspects ne sont certainement pas de nature à justifier un renforcement en actions américaines. 

Il faut aussi ajouter qu’à aucun moment, dans ce plan fiscal, n’est évoqué un quelconque financement. Le sujet est important car les différents allègements fiscaux couteraient environ 1000 à 1500 Milliards de $...et ne seraient donc financés que par de la dette supplémentaire sans que l’on puisse réellement espérer un effet positif sur la croissance. Le Dollar a d’ailleurs donné des signes de faiblesses cette semaine…

Malgré cette confusion les actions américaines résistent très bien : les investisseurs continuent en effet d’anticiper une poursuite de l’amélioration des résultats des sociétés et ne croient plus trop à un effet « Trump » pour 2017. 

Dans ce contexte nous recommandons de ne pas renforcer les actions américaines en ce moment. Nous conservons simplement celles que nous avons et qui ont très bien performé et attendons le « grain de sable » qui pourrait altérer la confiance, pour le moment inébranlable, des investisseurs en l’économie américaine. 

A ce titre nous allons suivre avec attention les réactions du marché à l’annonce vendredi dernier des chiffres de croissance bien médiocres de l’économie américaine pour le premier trimestre : +0.7% en rythme annuel. C’est particulièrement faible…nettement plus faible que la croissance de la zone Euro ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !