2019 sera-t-elle l’année des robots de compagnie ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
2019 sera-t-elle l’année des robots de compagnie ?
©

La minute tech

2019 sera-t-elle l’année des robots de compagnie ?

Le constructeur japonais Toyota développerait des robots domestiques censés aider et accompagner les individus. Ceux-ci rentreront bientôt dans nos séjours comme le firent jadis la télévision puis l'ordinateur ?

Michel Volle

Michel Volle

Michel Volle est économiste français.

Diplômé de l'École Polytechnique et de l'École Nationale de la Statistique et de l'Administration Économique, il est l'auteur d'un blog dédié à l'actualité économique.

Voir la bio »

Atlantico : Le constructeur automobile Toyota développe actuellement des robots domestiques destinés à faciliter les tâches quotidiennes de ses utilisateurs. Si la date de sortie de ce modèle est inconnue, qu'en est-il aujourd'hui des robots de compagnie en général ? Quels types de modèles existent sur le marché ?

Michel Volle : Nous sommes déjà depuis longtemps équipés de robots. Il existe depuis quelque temps des robots-aspirateurs, depuis longtemps existent des robots qui aident à faire la cuisine (ma famille en a acheté un en 1963 !). L'ordinateur que nous utilisons à domicile est lui aussi un robot qui nous fait accéder, grâce à l'Internet, à l'ensemble des serveurs, logiciels et contenus accessibles : l'informatique a mis à notre disposition un robot gigantesque. 

On nous annonce depuis quelques années une voiture qui se conduira toute seule, autre type de robot. Le plus vraisemblable est qu'il s'agira de conduite assistée plus que de conduite automatique, car celle-ci ne sera véritablement et entièrement possible que sur des voies équipées de capteurs et de balises ad hoc. 

Quel est le niveau de développement de ces robots ? Quelles tâches sont-ils en mesure d'accomplir ? 

Les robots sont efficaces pour accomplir inlassablement les tâches répétitives qui, par contre, fatiguent rapidement l'être humain. Les Japonais s'efforcent de construire des robots qui simulent la sympathie de sorte que l'être humain puisse entretenir avec eux une relation affective, c'est peut-être à cela que vous pensez quand vous parlez de "robots de compagnie". 

Mais quand on rencontre une personne qui simule la sympathie, on ne reste pas indéfiniment sa dupe car on finit par deviner sa froideur : il en sera de même avec le robot qui, n'étant qu'un automate, ne peut rien faire d'autre qu'exécuter le programme dont il a été muni, ne ressent aucune émotion et ne peut donc pas partager la nôtre. 

Je gage qu'un robot qui simule l'affectivité sera bientôt jugé exaspérant tout comme les simulateurs humains. 

Dans les années à venir quels progrès sont à prévoir du côté des robots de compagnie ? Pourront-ils réellement nous assister au quotidien ? Réaliser des tâches ménagères à notre place, par exemple ? 

Les exemples cités ci-dessus montrent que c'est déjà le cas. Il faut cependant se défier des rêves de science-fiction qui mettent en scène des robots dotés de facultés humaines, chimères qui ne peuvent exister que dans notre imagination. 

Le fait est que le robot possède certaines facultés supérieures aux nôtres : mémoire infaillible, activité infatigable, rapidité du calcul. C'est cela qui le rend supérieur aux échecs et autres activités analogues. 

Le fait est aussi qu'un être humain possède des facultés avec lesquelles un robot ne peut pas rivaliser : capacité de répondre à un imprévu, de comprendre ce que désire une personne, intuition et créativité enfin. L'expérience acquise par les équipages des avions de ligne avec les pilotes automatiques est riche en enseignements. 

Dans l'entreprise comme dans la vie personnelle, le progrès exige de savoir articuler l'humain et le robot afin de faire naître l'être nouveau et efficace qui résultera de leur symbiose : cet art suppose de posséder une représentation claire et exacte de ce que sont l'un et l'autre et de ce qu'ils sont chacun capables de faire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !