Viry-Châtillon : 500 policiers manifestent pendant la nuit sur les Champs-Elysées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Viry-Châtillon : 500 policiers manifestent pendant la nuit sur les Champs-Elysées
©Reuters / Gonzalo Fuentes

Coup de gueule

Viry-Châtillon : 500 policiers manifestent pendant la nuit sur les Champs-Elysées

Ils répondaient à un appel lancé sur les réseaux sociaux alors qu'un de leur collègue est toujours hospitalisé après avoir reçu un cocktail Molotov.

C'est suffisamment rare pour être souligné : près de 500 policiers ont perturbé la circulation pendant plusieurs heures, la nuit dernière, sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris. Ils répondaient ainsi, malgré la menace de sanctions, à un appel lancé sur les réseaux sociaux, un peu plus d'une semaine après la violente attaque subie par une voiture de la police à Viry-Châtillon. Un adjoint à la sécurité est toujours hospitalisé à l’hôpital Saint-Louis, dans le 10ème arrondissement parisien après avoir reçu un cocktail Molotov.

A LIRE AUSSI - Braquages, agressions, vols et autres méfaits… Comment les chiffres officiels masquent les réalités criminelles

"Manque de moyen et manque de soutien reviennent dans la bouche des manifestants. "Vous avez entendu réagir les syndicats quand [le ministre de l’intérieur Bernard] Cazeneuve a parlé de sauvageons ? Des gens qui lancent un cocktail Molotov sur les policiers pour les tuer, ce ne sont pas des sauvageons, ce sont des criminels" explique l'un d'eux au Parisien. "Nos collègues n’ont pas tiré quand ils ont été attaqués et le ministre de l’intérieur les a félicités pour leur sang froid… En fait, pour notre administration, mieux vaut un policier mort qu’un délinquant blessé."

Avant de se diriger vers les Champs-Elysées, les policiers s'étaient réunis devant l'hôpital Saint-Louis où ils ont notamment entonné l'hymne national.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !