Viré d'iTélé, Eric Zemmour soutenu par Daniel Cohn-Bendit et des personnalités de droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Viré d'iTélé, Eric Zemmour soutenu par Daniel Cohn-Bendit et des personnalités de droite
©

Expression

Viré d'iTélé, Eric Zemmour soutenu par Daniel Cohn-Bendit et des personnalités de droite

Face à la polémique déclenchée par ses propos sur les Musulmans, iTélé a décidé de mettre un terme à l'émission "Ca se dispute" dans laquelle intervenait chaque semaine Eric Zemmour.

"iTELE a décidé de mettre fin à l'émission 'Ca se dispute', qui ne reprendra pas en janvier 2015" a fait savoir la chaîne dans un communiqué laconique publié hier soir. L'émission, diffusée depuis 2003, fait les frais de la vive polémique autour de propos sur les musulmans tenus par Eric Zemmour en octobre dernier dans un journal italien.

Le communiqué d'iTélé a été envoyé après la déprogrammation par la chaîne de l'émission prévue hier soir. A sa place, Eric Zemmour devait répondre aux questions d'Olivier Galzi, mais cette séquence n'a pas non plus été diffusée.

Plusieurs personnalités ont apporté leur soutien au journaliste, suite à cette éviction.

Marine Le Pen l'a qualifiée de "détestable" et Louis Aliot, vice-président du FN, a annulé sa participation à la matinale du 7 janvier où il était invité.

Le député UMP Eric Ciotti a pour sa part tweeté que "L’éviction d’Eric Zemmour d’itelé n’est pas une bonne nouvelle pour la démocratie #policedelapensée» et Christine Boutin, fondatrice du Parti chrétien démocrate, a envoyé plusieurs tweets de soutien au polémiste.

L’ancien eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, chroniqueur sur Europe 1 depuis la rentrée, a pour sa part déclaré à l'AFP que "comme je défends la proportionnelle et le droit du FN à être représenté à l’Assemblée nationale, je me dois de défendre la présence de Zemmour dans l’espace public que cela me fasse mal ou pas". Il a estimé qu'il fallait laisser Zemmour dire "ses insanités (...) au nom de la liberté et de la diversité dans les medias".

Une opinion partagée par Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France :

Lu dans Libération

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !