Vacances à Ibiza : Jean-Michel Blanquer regrette « la symbolique » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Michel Blanquer a été ciblé durant la séquence de questions au gouvernement à l'Assemblée sur la polémique liée à ses congés à Ibiza.
Jean-Michel Blanquer a été ciblé durant la séquence de questions au gouvernement à l'Assemblée sur la polémique liée à ses congés à Ibiza.
©Thomas COEX / AFP

Protocole sanitaire

Vacances à Ibiza : Jean-Michel Blanquer regrette « la symbolique »

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a été interpellé durant la séquence de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale sur la polémique liée à ses congés à Ibiza et sur l'annonce du nouveau protocole sanitaire.

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, est sous le feu des critiques depuis que Mediapart a révélé que l'entretien au Parisien dans lequel il détaillait le nouveau protocole sanitaire à l'école, à la veille de la rentrée de janvier, avait été réalisé depuis Ibiza.

Lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, ce mardi 18 janvier, Jean-Michel Blanquer « regrette » devant les députés « la symbolique » de ses vacances à Ibiza.

« Il se trouve que le lieu que j'ai choisi, j'aurais dû en choisir sans doute un autre », a reconnu Jean-Michel Blanquer.

Mediapart a révélé que le ministre de l’Education nationale se trouvait aux Baléares lorsqu'il a communiqué au Parisien son protocole controversé, une information confirmée par le ministère.

S'il assure n'avoir raté aucune réunion et que le protocole sanitaire aurait été dévoilé au même moment s'il était resté en France, Jean-Michel Blanquer concède qu'il « regrette la symbolique » de ses vacances à Ibiza.

La gauche a de nouveau réclamé mardi la démission du ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer.

Plusieurs syndicats ont appelé à une nouvelle journée d’action pour le jeudi 20 janvier, qui pourrait se traduire par une nouvelle grève.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !