Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Le Premier ministre italien, Mario Draghi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 22 juin 2021 à Rome.
Le Premier ministre italien, Mario Draghi, s'exprime lors d'une conférence de presse le 22 juin 2021 à Rome.
©ALBERTO PIZZOLI / AFP

Crise migratoire ?

Union européenne : Mario Draghi craint un afflux de migrants après le départ des troupes de l'Otan d'Afghanistan

Mario Draghi a exprimé, ce mercredi, sa crainte de voir arriver en Europe un grand nombre de migrants afghans suite au retrait des troupes de l'Otan d'Afghanistan. Le chef du gouvernement italien a également insisté sur la nécessité de faire un effort afin de mieux intégrer les migrants légaux en Europe.

Le chef du gouvernement italien, Mario Draghi, a exprimé sa crainte de voir arriver en Europe un grand nombre de migrants afghans après le retrait des troupes de l'Otan d'Afghanistan. Ce retrait doit être achevé le 11 septembre 2021.

L'arrivée de migrants en provenance d'Afghanistan « deviendra un problème de plus en plus sérieux », a déclaré Mario Draghi devant les députés italiens.

La réunion du Conseil européen, organisée jeudi et vendredi prochain, comprend la question migratoire à son ordre du jour à la demande de l'Italie.

Selon mario Draghi, « on peut prévoir » que le départ des troupes occidentales de l'Afghanistan « provoquera une augmentation des flux de migrants de ce pays dont on ne connaît pas encore la dimension mais dont on sait qu'elle sera importante ».

Le ministère italien de la Défense a récemment indiqué que plus de 80 collaborateurs et interprètes afghans et leurs familles étaient arrivés en Italie il y a une dizaine de jours. 200 autres Afghans ayant travaillé avec les troupes italiennes en Afghanistan et qui craignaient pour leurs vies ont également rejoint l'Italie.

Le Premier ministre italien, Mario Draghi, a insisté aussi sur la nécessité pour l'Union européenne de s'impliquer davantage et de manière unie et coordonnée dans la gestion des flux migratoires :

« Le gouvernement veut gérer l'immigration d'une manière équilibrée, efficace et humaine. Mais cela ne peut pas être une question uniquement italienne. Elle doit être vraiment européenne. (…) Il faut un engagement commun pour contenir les flux d'immigration illégale, organiser l'immigration légale et aider ces pays (d'origine et de transit) à se stabiliser et à retrouver la paix. (…) Si nous n'intégrons pas ces personnes au sein de la société italienne, nous nous faisons du tort à nous-mêmes en premier lieu car l'absence d'intégration signifie que nous produisons des êtres hostiles en substance. Si nous ne les intégrons pas nous produisons potentiellement des ennemis ».

L'Italie, confrontée depuis des années à un afflux massif de migrants, se plaint régulièrement du manque de solidarité européenne dans la gestion de ce dossier.

Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !