Un ex-policier allemand condamné à 8 ans de prison pour des faits de cannibalisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les restes de la victime avait été découverts dans le jardin du domicile du policier à Hartmannsdorf-Reichenau.
Les restes de la victime avait été découverts dans le jardin du domicile du policier à Hartmannsdorf-Reichenau.
©Reuters

Jugement

Un ex-policier allemand condamné à 8 ans de prison pour des faits de cannibalisme

Le fonctionnaire qui a appartenu à la police pendant 30 ans a tué puis dépecé un polonais rencontré sur un site dédié au cannibalisme.

Le film de 50 minutes d'"horreur pure", comme le décrit un enquêteur, avait crée l'effroi dans le tribunal de Dresde. C'est peut-être à ce moment que l'accusé s'était senti le plus coupable, fondant en larmes. La justice allemande vient de condamner un ancien policier pour avoir tué puis dépecé un autre homme, rencontré sur un site consacré au cannibalisme.

Delev Günzel, ce fonctionnaire de 57 ans, père de trois enfants, qui a officié dans la police pendant 30 ans, a tué, en novembre 2013, Wojciech Stempniewicz, un consultant d'origine polonais de 59 ans. Les faits se sont déroulés au domicile du policier, qui fait aussi chambres d'hôtes et dont une partie avait été transformé en studio sado-maso, à Hartmannsdorf-Reichenau, un petit village situé près de la frontière tchèque. Les restes du Polonais avaient été retrouvés dans le jardin.

Ce sont peut-être ces arguments qui ont convaincu le tribunal de condamner l'accusé à huit ans de prison, contre les 10 années requises par l'avocat de la famille de la victime. Cette affaire n'est pas sans rappeler le terrifiant Luka Magnotta qui avait tué et dépecé son partenaire et envoyé les restes de la victime à des responsables politiques canadiens. Le "dépeceur de Montréal" a été condamné à la prison à perpétuité.

Lu sur le Dailymail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !