Projets d’attaques de l’ultradroite : un des suspects libéré sous conditions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Projets d’attaques de l’ultradroite : un des suspects libéré sous conditions
©Thomas SAMSON / AFP

Organisation démantelée

Projets d’attaques de l’ultradroite : un des suspects libéré sous conditions

Le chef de file présumé d'un groupe d'extrême droite (AFO) a été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Nouveau rebondissement judiciaire dans le cadre de l’affaire du groupe accusé de préparer des attaques contre des musulmans radicalisés sortant de prison, des femmes voilées ou des imams de mosquées salafistes. 

Les autorités craignaient "un passage à l'acte violent" des membres de cette organisation. Le collectif  en question s’appelait "Action des forces opérationnelles" (AFO).
 
Le chef de file présumé de ce groupe vient donc d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire, tout comme un autre suspect dans cette affaire, selon des informations de l’AFP auprès d’une source judiciaire. 
 
Guy S. (un policier à la retraite) et un autre membre de ce groupe avaient été placés en détention le 27 juin dans l’attente d’un débat ultérieur sur leur détention provisoire. Le parquet de Paris a donc fait appel de la décision du juge des libertés et de la détention concernant l’ancien policier, selon la source judiciaire. 
 
Au total, neuf hommes et une femme, tous âgés de 32 à 69 ans, avaient été interpellés dans toute la France, fin juin. Ils sont soupçonnés d'appartenir à ce mouvement de l'ultradroite. Leur organisation affichait son ambition de lutter contre le "péril islamiste", via le site "Guerre de France". 
 
Ces dix personnes arrêtées avaient toutes été mises en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Quatre membres du groupe avaient d’ailleurs été placés en détention provisoire. 
 
Les enquêteurs ont retrouvé un véritable arsenal lors des investigations. Un total de 36 armes à feu et des milliers de munitions avaient été retrouvées lors des perquisitions chez les suspects. Selon des précisions du parquet, des éléments "entrant dans la fabrication d'explosif de type TATP" ont même été découvert.
 
Lu sur Le Dauphiné Libéré

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !