Ukraine : l'envoyé de l’ONU a été menacé par des hommes armés en Crimée, Lavrov a refusé de voir son homologue ukrainien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ukraine : l'envoyé de l’ONU a été menacé par des hommes armés en Crimée, Lavrov a refusé de voir son homologue ukrainien
©

Encore une mise au point

Ukraine : l'envoyé de l’ONU a été menacé par des hommes armés en Crimée, Lavrov a refusé de voir son homologue ukrainien

L'envoyé spécial de l'ONU en Crimée, Robert Serry a été menacé par des hommes armés et contraint de retourner à son hôtel. Désormais sain et sauf, il a décidé de mettre fin à sa mission.

L'envoyé spécial de l'ONU en Crimée, Robert Serry, a été menacé ce mercredi par des hommes armés en Crimée et contraint de retourner à son hôtel. Désormais sain et sauf, il a annoncé qu'il préférait mettre fin à sa mission. Plus tôt dans la journée, le journaliste de la chaîne de télévision britannique ITV James Mates, qui accompagne Robert Serry, avait expliqué sur son compte Twitter que Serry avait été bloqué par des hommes armés alors qu'il visitait les locaux de la Marine. Refusant de les suivre, il est sorti à pied sous leur escorte et est rentré dans un café voisin. Il est "détenu dans un café. Des hommes à l'extérieur l'empêchent de sortir", avait-il écrit, précisant que certains de ces hommes portaient des brassards "pro-russes noir et or". Ces pro-russes lui avaient alors intimé de quitter la Crimée. 

Ce mercredi, à Paris, les chefs de la diplomatie américaine et russe, John Kerry et Sergueï Lavrov, se sont entretenus sur l'Ukraine à l'issue d'une réunion sur le Liban en présence de François Hollande. Ils convenus de se revoir plus tard dans l'après-midi pour "poursuivre leurs discussions". En revanche, Sergueï Lavrov a refusé de voir son homologue ukrainien Andrii Dechtchitsa, également à Paris. Le ministre ukrainien "n'est pas parti et envisage de rester à Paris pour d'autres discussions", a indiqué un responsable américain sous couvert d'anonymat.  

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !