Turquie : un attentat lors d'un mariage fait au moins 50 morts | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Turquie : un attentat lors d'un mariage fait au moins 50 morts
©Reuters

Horreur

Turquie : un attentat lors d'un mariage fait au moins 50 morts

Le président turc estime que l'Etat islamique est "probablement" responsable de cette attaque.

Nuit d'horreur en Turquie. Une explosion lors d’un mariage, samedi soir, a fait au moins 50 morts et une centaine de blessés à Gaziantep, région du sus-est de la Turquie située à une soixantaine de kilomètres de la frontière syrienne. Point de passage des réfugiés fuyant la Syrie, la région est aussi un nid de djihadistes.

Selon la presse turque, un kamikaze s'est mêlé aux invités de ce mariage organisé en plein air, avant d'actionner sa charge. Parmi les victimes figurent de nombreux femmes et enfants. Les mariés, blessés, ont été hospitalisés. 

Les mariés étaient originaires de la région majoritairement kurde de Siirt et le quartier de Gaziantep est à majorité kurde, ce qui laisse supposer qu'il s'agit d'un attentat djihadiste. L'Etat islamique voit en effet les Kurdes comme de farouches ennemis, ces derniers étant en première ligne dans la lutte contre l'Etat islamique en Syrie.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a estimé dimanche dans un communiqué que l’organisation Etat islamique (EI) est "probablement l’auteur" de l’attentat. "Notre pays, notre nation ne peuvent que réitérer un seul et même message à ceux qui nous attaquent : vous échouerez !", poursuit-il, assurant que la Turquie ne cédera pas à la "provocation" que constitue cet attentat et fera preuve "d'unité, de solidarité et de fraternité".

Plus tôt dans la matinée, le vice-premier ministre Mehmet Sismek, également député de Gaziantep, a jugé à la télévision "barbare d'attaquer un mariage". "L'objectif de la terreur est d'effrayer les gens, mais nous n'accepterons pas cela", a-t-il déclaré. Le premier ministre, Binali Yildirim, a de son côté condamné cet acte qui a transformé "une cérémonie de mariage en lieu de deuil".

Lu dans Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !