Tunisie : le parti islamiste Ennahdha reconnait sa défaite aux législatives | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le parti Nidaa Tounès, dirigé par Béji Caïd Essebsi, détiendrait environ 80 sièges à l'Assemblée.
Le parti Nidaa Tounès, dirigé par Béji Caïd Essebsi, détiendrait environ 80 sièges à l'Assemblée.
©Reuters

Scrutin

Tunisie : le parti islamiste Ennahdha reconnait sa défaite aux législatives

Le parti laïc Nidaa Tounès arriverait en tête des élections législatives qui se sont déroulées en Tunisie dimanche après avoir remporté 80 sièges.

Quatre ans après avoir réalisé son printemps arabe, la Tunisie aurait décidé d'en finir avec sa période islamique. Au lendemain des élections législatives qui se sont déroulées dimanche, les Tunisiens auraient choisi de placer le parti Nidaa Tounès en tête des suffrages. Ce grand parti laïc, rassemblant courants de gauche et pro Ben Ali, aurait obtenu environ 80 sièges sur les 217 à ravir.

Avant le décompte total des voix, c'est l'autre grand parti tunisien, les islamistes d'Ennahdha, qui a reconnu sa défaite par la voie de son porte-parole. "Nous avons des estimations qui ne sont pas encore définitives. Ils (Nidaa Tounès, ndlr) sont en avance de plus ou moins une douzaine de sièges", a déclaré Zied Laadhar. Des chiffres basés sur des observations de membres d'Ennahdha présents au moment du dépouillage des bulletins.

SI les résultats se confirment, la victoire de Nidaa Tounès serait un premier pas vers la présidence pour le chef du parti, Béji Caïd Essebsi. Ancien ministre de Habib Bourguiba, Béji Caïd Essebsi, aujourd'hui âgé de 87 ans, a notamment été Premier ministre par intérim lors de la chute de Ben Ali en 2011. Aujourd'hui, il est le grand favori des sondages pour les présidentielles qui se dérouleront le 23 novembre prochain. 

lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !