Theresa May : un Brexit "net et clair" mais qui se fera dans le "calme et la tranquillité" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Theresa May  : un Brexit "net et clair" mais qui se fera dans le "calme et la tranquillité"
©Capture d'écran du site du Dailymail

Optimiste

Theresa May : un Brexit "net et clair" mais qui se fera dans le "calme et la tranquillité"

La Première ministre britannique donne ses premières indications sur la sortie de son pays de l'Union européenne. "Pas un pied dedans, un pied dehors" avance-t-elle.

C'était une déclaration très attendue en Europe. Theresa May s'est exprimée sur l'avenir de son pays en Europe, dans le cadre du Brexit. Avec une bonne dose d'optimiste, elle a appelé à un accord net qui serait bénéfique pour les deux parties.

  • La Première ministre annonce un Brexit "net et clair" mais qui se fera dans le "calme et la tranquillité" 
  • Le Parlement va devoir voter sur cette sortie
  • Le Royaume-Uni va bien sortir du marché commun et de l'union douanière
  • Les négociations resteront secrètes et s'annoncent longues


  • 13h40 : vers un paradis fiscal

    Interrogée par un journaliste, Theresa May ne confirme pas mais n'infirme pas l'idée non plus que son pays puisse se transformer en paradis fiscal pour attirer les investisseurs.

13h35 : "il faut que ce soit un succès"

"Nous ne pouvons pas retourner le résultat, il faut que ce soit un succès" lance-t-elle.

13h30 : l'optimiste est de rigueur

Theresa May martèle sa volonté d'obtenir un accord bénéfique tant pour son pays que pour  l'UE à qui elle rend hommage tout au long de son discours. "Nous voulons rester un ami, un voisin sur lequel on peut compter" assure-t-elle critiquant les Européens tentés par un "accord punitif" pour le Royaume-Uni. "Nous voulons un bon accord" et une sortie "dans le calme et la tranquillité (…) un accord positif peut être trouvé."

13h25 : des négociations qui s'annoncent secrètes

"Ceci n'est pas un jeu, c'est une négociation délicate" a-t-elle prévenu à destination des médias, tentés de briser la confidentialité de ce processus. "Je ne suis pas là pour donner des infirmations quotidiennes au journaux" précise-t-elle.

13h22 : une coopération maintenue

Theresa May a précisé que la coopération avec l'UE sera maintenue notamment concernant le renseignement, le terrorisme ou la diplomatie. La sécurité fera partie des prochaines négociations.

13h20 : Quelles conséquences avec la fin du marché commun ?

13h15 : La fin du marché commun

Ce que je propose, ce n'est pas d'être membre du marché unique, cela voudrait dire accepter un rôle de la cour de justice Europe (…) cela voudrait dire ne pas quitter l'UE (…) Nous ne cherchons pas à être membre du marché unique mais avoir l'accès le plus grand possible à un marché." Elle a évoqué sa volonté de se tourner aussi vers d'autres marchés (la Chine, le Brésil…)

13h10 : l'immigration en question

"Nous allons toujours vouloir de l'immigration, surtout si elle est qualifiée. Nous serons toujours heureux d'accueillir des migrants individuels mais le Brexit doit être le contrôle du nombre de personnes entrant depuis l'Europe. Et c'est ce que nous allons faire."

13h06 : Le texte sera soumis au Parlement

"L'accord sera soumis au Parlement britannique avant d'entrer en vigueur (...) "Je suis là pour négocier un accord satisfaisant."

13h05 : "manque de souplesse"

"nous allons reprendre le contrôle de nos lois et sortir de la juridiction européenne (...) On manquait de souplesse sur un certain nombres de sujets.

13h : Vers un Brexit "dur" ?

"pas un pied dedans, un pied dehors" assure Theresa May qui se veut rassurante sur les liens entre son pays et l'Union européenne.  "Nous quittons l'UE mais nous ne quittons pas l'Europe" explique-t-elle.

12h55 : hommage à l'UE

"Je ne souhaite pas la faillite de l'Union européenne mais je souhaite saisir l'opportunité pour dire à quel point nous avons muri notre décision" affirme-t-elle. "Ce n'est pas simple car notre culture est profondément internationale."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !