Terrorisme : le rapport d'Human Rights Watch qui accuse le FBI de pousser et financer des attentats islamistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Terrorisme : le rapport d'Human Rights Watch qui accuse le FBI de pousser et financer des attentats islamistes
©Reuters

Double jeu

Terrorisme : le rapport d'Human Rights Watch qui accuse le FBI de pousser et financer des attentats islamistes

L'organisation dénonce des "opérations de contre-terrorisme abusives" menées par le FBI après le 11 septembre 2011.

Le rapport de plus de 200 pages intitulé "Illusion de Justice" de l'ONG Human Rights Watch a été rendu public fin juillet. Portant sur les quelques 500 arrestations effectuées par le FBI après le 11 septembre, celui-ci dénonce les excès de l'agence américaine. Celle-ci aurait poussé des musulmans à commettre des attentats, voire les auraient financés, afin de gonfler le nombre d'arrestations et justifier les lois anti-terroristes. La défense du FBI serait, selon l'organisme, que "ces individus sont des terroristes en puissance et que s'il ne les avait pas poussé à commettre des actes terroristes, Al-Qaeda l'aurait fait".

Ce sont 27 affaires litigieuses qui ont interpellé l'ONG. Pour eux, la moitié des condamnations sont les fruits de coups montés. Et 30% des cas impliquent le rôle d'un agent infiltré du FBI. "Dans certains cas, le FBI pourrait avoir créé des terroristes chez des individus respectueux de la loi en leur suggérant l'idée de commettre un acte terroriste" résume le communiqué. 

Un des cas les plus litigieux est celui des quatre de Newburgh, où les accusés avaient été clairement épaulés et transformés par des hommes "dont la bouffonnerie était shakespearienne".

Le FBI a poussé des musulmans à commettre des attentats selon une ONG by Redaction_GER on Scribd

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !