Tempête Isaac : l'état d'urgence en Louisiane a été décrété par Barack Obama | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tempête Isaac : l'état d'urgence en Louisiane a été décrété par Barack Obama
©

Alerte

Tempête Isaac : l'état d'urgence en Louisiane a été décrété par Barack Obama

La tempête devrait se transformer en ouragan dans les prochaines heures.

Le président des Etats-Unis Barack Obama a décrété lundi l'état d'urgence en Louisiane, Etat menacé par la tempête tropicale Isaac sept ans après avoir été durement touché par l'ouragan Katrina. Cette déclaration permet de mobiliser les ressources de l’État fédéral  pour venir en aide aux autorités locales, par le truchement de l'agence de gestion des crises (FEMA).

La tempête tropicale, dont les vents atteignaient 110 km/h en rafales, avançait lundi dans le golfe du Mexique en direction de la Louisiane. Elle devrait se transformer en ouragan dans les prochaines heures, avant d'atteindre la côte du golfe du Mexique tard dans la journée de mardi, selon le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC).

Le gouverneur de l'Etat de Floride Bobby Jindal a d'ores et déjà recommandé aux gens de se préparer au pire. "Si vous vous trouvez dans une zone de terre basse et  pensez à évacuer, aujourd'hui est le bon jour pour le faire", a-t-il vivement  conseillé dans un communiqué lundi. "Un avion de reconnaissance indique qu'Isaac se renforce. Une menace de  montée des eaux, jusqu'à deux ou trois mètres, est attendue pour la côte du  golfe", pointait le NHC. "Les vents maximum ont augmenté avec de plus violentes rafales". Le centre prévoit des précipitations atteignant jusqu'à 46 cm dans le sud-ouest de la Louisiane, le sud de l'Alabama, le Mississippi et le nord-ouest de la Floride.

En Haïti, 19 personnes sont mortes et six sont portées disparues après le passage samedi d'Isaac,

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !