Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et des ministres sur les modalités du déconfinement du 11 mai | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et des ministres sur les modalités du déconfinement du 11 mai
©David NIVIERE / POOL / AFP

Mode d’emploi

Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et des ministres sur les modalités du déconfinement du 11 mai

Le Premier ministre Edouard Philippe et six ministres du gouvernement ont dévoilé les ultimes détails du plan de déconfinement qui va débuter en France dès le 11 mai.

Le Premier ministre a dévoilé en ce jeudi 7 mai le plan de déconfinement du gouvernement. Il ne s’est pas exprimé pas seul. Six autres ministres étaient présents. Ils ont dévoilé les différents aspects de la levée  du confinement en fonction des multiples secteurs concernés comme l'éducation, l'économie, les transports en commun, la vie professionnelle ou bien encore le système de santé. 

Un pacte de confiance est donc passé avec les Français pour cette phase cruciale du déconfinement et dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. 

La perspective du reconfinement pourrait être utilisée en cas d’échec du plan de déconfinement et si un trop grand nombre de contaminations étaient constatées dans les jours et les semaines à venir. 

Les principales annonces de cette conférence de presse d'Edouard Philippe et des ministres en ce jeudi 7 mai : 

  • A partir du 11 mai, le confinement sera levé. "Il sera possible de sortir librement dans la rue sans attestation", selon le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, dans une limite de 100 km autour de sa résidence.
  • Au-delà de la limite de 100 km, "une nouvelle attestation" sera nécessaire.
  • Quatre régions (Ile-de-France, Hauts-de-France, Grand Est et Bourgogne-Franche-Comté et le département de Mayotte) ont été classés en rouge sur la carte du déconfinement. 
  • Une prime de 1.500 euros pour tous les personnels des Ehpad des 33 départements "où l'épidémie aura été la plus forte" et de 1.000 euros pour tous les autres sera versée.
  • Les centres de formation d'apprentis, de formation continue, pourront rouvrir le 11 mai.
  • Le ministre de l'Economie a confirmé la prolongation jusqu'à fin mai du fonds de solidarité pour les petites entreprises et les indépendants.
  • L'exonération de charges sociales sur trois mois pour les petites entreprises ayant dû fermer sur décision administrative est confirmée.
  • L'absence de port de masque dans les transports en commun pourra faire l'objet d'une verbalisation, une amende de 135 euros.
  • Les réservations TGV et Intercités seront obligatoires. L’occupation des trains sera limité à 50 % du total des places.
  • L'accès aux transports en commun en Ile-de-France sera réservé aux heures de pointe aux personnes détenant une attestation de leur employeur ou ayant un motif impérieux.
  • Le port d'un masque grand public sera obligatoire pour les usagers de 11 ans et plus et pour les personnels en contact avec le public dans les transports publics.
  • Les centres commerciaux de plus de 40 000 m2 en France "pourront rouvrir" le 11 mai "en accord avec les préfets, sauf en Ile-de-France", selon des précisions de Bruno Le Maire.
  • La situation des cafés et des restaurants sera réévaluée à la fin du mois de mai et au début du mois de juin. 
  • L'accès aux masques et aux tests sera renforcé.
  • Le déconfinement sera progressif.
  • En cas de nouvelles contaminations, une nouvelle phase de confinement pourrait être appliquée.

Conflits avec Emmanuel Macron ? 

Interrogé sur de possibles tensions avec le président de la République, le Premier ministre a fermement démenti, indiquant « depuis trois ans, j'ai toujours, dans nos relations, constaté une confiance et une fluidité qui, je crois, a eu peu de précédents ». Edouard Philippe a conclu avec une pique adressée aux journalistes. 

Le Premier ministre Edouard Philippe a précisé les « motifs impérieux » pour les déplacements

« Il peut s'agir d'un deuil ou de l'aide à une personne vulnérable. Ces 100 km seront calculés à vol d'oiseau à partir du lieu de résidence habituel. Je veux préciser toutefois que cette limite ne s'applique que si l'on quitte son département de résidence ».

Edouard Philippe a été questionné à l’issue de son discours sur un stock de masques brûlés car périmés :

« Un certain nombre de masques commandés il y a fort longtemps et stockés depuis longtemps, avaient leur date de péremption dépassée. 75 millions de masques sont arrivés à péremption en décembre 2019 ». Ils ont été conservés. En revanche, un stock de « 360 millions de masques périmés depuis beaucoup plus longtemps » ont été détruits car « ils ne pouvaient pas être utilisés »

Distribution des masques :

« Une enveloppe de 5 millions de masques sera distribuée chaque semaine par l'Etat et les préfets pour que les plus vulnérables puissent disposer de masques gratuits. L'Etat finance 50% des coûts d'acquisition des masques supportés par collectivités territoriales. Certains seront distribués gratuitement et d'autres pourront être achetés ». Le gouvernement « a limité le prix des masques chirurgicaux ».

Vie politique post-élections municipales : 

Edouard Philippe se dit « favorable à l'installation des conseils municipaux dans les plus brefs délais ». Pour « 30 000 communes des 25 0000 communes françaises », les élections sont terminées. Concernant l'organisation du second tour, « la décision sera prise le 23 mai au plus tard ».

17h15 : Les nouvelles précisions d’Edouard Philippe

Interrogé sur « une France à deux vitesses », en référence aux départements rouges et verts, Edouard Philippe a tenu à clarifier la situation : 

« Partout, la prudence s'impose. Dans les départements verts, la situation est objectivement meilleure parce que le système hospitalier est plus disponible. Dans les départements rouges, il faut faire c'est vrai, encore plus attention. Mais la distinction entre vert et rouge aura peut-être vocation à s'accentuer à partir du mois de juin : dans les départements qui resteront verts, on pourra aller plus loin le 2 juin. Dans ceux qui ne seront pas passés au vert, il ne sera pas possible d'aller plus loin ». 

Nouveau point crucial dans trois semaines : 

« Dans trois semaines, nous saurons où nous en sommes, si nous avons réussi à contenir l'épidémie », selon le Premier ministre. Si les cas en réanimation « restent bas, nous pourrons nous en féliciter et passer à une nouvelle phase, en élargissant nos libertés. Si ce n'est pas le cas, nous en tirerons les conséquences et nous adapterons. Le déconfinement progressif ne doit pas être la marque du relâchement de notre vigilance ».

Concernant les transports, « l'Etat mettra à disposition des masques dans les premiers jours du déconfinement pour les distribuer en appoint aux personnes qui n'auraient pas pu s'en procurer. L'absence de port de masque pourra faire l'objet d'une verbalisation, donc une amende de 135 euros ».

Le recours au télétravail : 

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail s’est exprimée sur la question du retour au travail et sur la nécessité du prolongement du télétravail : 

« Nous comptons sur chaque entreprise pour recourir au télétravail, particulièrement en Ile-de-France ainsi qu'aux horaires décalés ».

Relancer l’économie :

Bruno Le Maire s’est exprimé sur le plan du déconfinement et sur la reprise de l’activité économique : 

« Nous avons perdu au cours des trois derniers mois beaucoup de croissance et beaucoup d'emplois. Nous devons donc relancer l'activité économique et la relancer dans des conditions de sécurité sanitaire maximales pour les salariés, mais l'économie française doit redémarrer. Le 11 mai prochain, par conséquent, ce sont 400 000 entreprises qui vont rouvrir. Quatre cent mille entreprises qui représentent 875 000 emplois, ce sont 77 000 salons de coiffure, 33 000 commerces d'habillement, 15 000 fleuristes, 3 300 libraires qui vont rouvrir. C'est la vie sociale et économique qui va pouvoir redémarrer ».

D’autres mesures ont été annoncées par Bruno Le Maire : 

« La TVA sera à 5,5% pour tous les masques artisanaux et industriels qui répondent aux normes Afnor. Les charges sociales patronales de mars, avril et mai seront totalement supprimées pour tous les secteurs contraints à une fermeture administrative. L'Etat sera aux côtés des entrepreneurs. L'Etat est présent depuis le début et continuera d'être présent. Nous maintenons le fonds de solidarité jusqu'à la fin du mois de mai ».

Edouard Philippe lors de son allocution a indiqué qu’il n’y aura « pas de confinement obligatoire » pour les personnes vulnérables mais « des règles de prudence très strictes » à observer :  

« Il n'y aura pas de confinement obligatoire pour les personnes vulnérables après le 11 mai ». 

Il a appelé les personnes à risques à respecter « des règles de prudence très strictes » face au coronavirus. Edouard Philippe a demandé aux personnes « âgées ou malades de pathologies comme l'obésité, le diabète » ou souffrant « d'insuffisance respiratoire » de « conserver dans toute la mesure du possible des règles de prudence très strictes », comme « celles des deux derniers mois ».

17h : Les annonces de Christophe Castaner :

Pour faire respecter la règle des 100 kilomètres, une « nouvelle attestation sera publiée » et accessible sur le site du ministère de l'Intérieur.

« Les frontières restent fermées » mais la « libre circulation des travailleurs transfrontaliers reste préservée », selon Christophe Castaner.

« Concernant les cultes, et comme annoncé par le Premier ministre, nous allons travailler avec l'ensemble des responsables cultuels sur les conditions de reprise ».

Sur la question de l'accès aux plages, « la règle générale reste la fermeture mais le préfet pourra autoriser l'accès aux plages, lacs et centres nautiques sur demandes des maires ».

Transports en commun : 

Elisabeth Borne, la ministre des Transports, a fait le point sur la question du trafic de la RATP en Ile-de-France à partir de la levée du confinement : 

« En Ile-de-France, la RATP passera de 30% aujourd'hui à plus de 75% dès lundi prochain. L'objectif est que la fréquentation reste limitée à 15%. Le télétravail pour tous ceux qui le peuvent restera la règle ». 

Rentrée particulière pour l’Education nationale : 

Selon Jean-Michel Blanquer, « ce ne sera pas une rentrée ordinaire mais une reprise, avec quatre situations possibles ». Soit l'enfant sera à l'école, en étude, dans les locaux périscolaires, soit à la maison, « dans le cadre de l'enseignement à distance ».

Il précise qu'entre « 87% et 90% des communes ont préparé la rentrée pour la semaine prochaine. On travaille encore avec les 10% restants. »

16h45 : Les annonces de Jean-Michel Blanquer : 

« 80% à 85% des 50 000 écoles de France vont ouvrir la semaine prochaine », selon le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, et un peu plus de « un million d'élèves reviendront dans leurs classes avec 130 000 professeurs environ pour les accueillir ».

Les principes à respecter si vous êtes malades : 

« Si vous présentez des symptômes évocateurs d'une infection au Covid-19, une fièvre, de la toux, une gêne respiratoire, la perte du goût, parfois encore de l'odorat : il faut agir ! N'attendez pas que cela passe. Contactez immédiatement votre médecin ou si votre médecin ne vous répond pas, contactez un médecin de garde et si vous ne trouvez pas, en définitive, contactez le 15 pour qu'il vous oriente vers un médecin disponible. Il vous posera alors des questions et vous prescrira, s'il estime nécessaire, un test de dépistage. Ce test est remboursé à 100 % par l'assurance maladie, vous n'aurez rien à payer. En attendant le résultat du test, votre médecin vous demandera de rester chez vous en isolement afin de ne prendre aucun risque, ni pour vous ni pour votre entourage ».

La politique des tests, dévoilée par  Olivier Véran 

« La capacité de dépistage est dès aujourd'hui au niveau des besoins estimés, vous voyez, la carte est pour le moins limpide. Pourtant, parfois, de la théorie à la pratique, il peut y avoir des écarts. C'est pourquoi j'invite les Français qui se seraient vu prescrire un test PCR et qui rencontreraient des difficultés de toute nature dans la réalisation de ce test, à contacter le numéro vert 0 800 130 000. Si le test se révèle être positif, le médecin vous suivra tout au long de votre maladie. Il alertera également l'assurance maladie qui vous contactera afin de commencer avec vous une enquête visant à identifier les personnes que vous auriez pu contaminer autour de vous, sans le savoir, évidemment, et de manière à ce qu'on puisse appeler ces personnes qu'on va désigner cas contact. Votre isolement, si vous êtes malade, durera jusqu'à deux jours après la guérison des symptômes, c'est à dire en moyenne pendant 8 à 10 jours. »

Les sommes débloquées pour les Ehpad :

« Pour faire face à cette situation difficile, le gouvernement accompagne tous les Ehpad et débloque 475 millions d'euros de crédits supplémentaires. Et comme pour les soignants, nous annonçons que tous les personnels des Ehpad de France, quel que soit leur statut, percevront une prime pour valoriser leur engagement sans faille pendant cette crise. Cette prime sera de 1500 euros dans les 33 départements où l'épidémie aura été la plus forte et de 1 000 euros ailleurs. Cette prime sera versée dans les prochaines semaines. Elle sera défiscalisée. Il en sera de même dans les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, lorsque l'assurance maladie contribue à leur financement ». 

L'Accessibilité des masques : 

« 100 millions de masques seront distribués la semaine du 11 à destination des soignants, des personnes malades et fragiles ». 

16h35 : Les autres annonces d'Olivier Véran : 

100 millions de masques seront accessibles pour le personnel soignant et les citoyens lors de la semaine du 11 mai. 

Des primes seront attribuées aux personnels des Ehpad. Des crédits seront également débloqués pour le secteur des Ehpad. 

Quatre régions sont encore en "rouge", selon le ministre de la santé :

"Tous les départements de quatre régions restent en rouge, l'Ile-de-France, les Hauts de France, Bourgogne-Franche-Comté et Grand-Est. Pourquoi des régions et pas des départements ? Parce que nous faisons le choix de tenir compte comme indicateurs prioritaires du niveau de tension, de saturation des réanimation des hôpitaux et que ces indicateurs, nous l'avons vu lors de la vague épidémique dans les régions touchées, se conçoivent à l'échelle régionale. En particulier, et le premier ministre l'a dit, la situation en Ile-de-France nécessite la plus grande vigilance. Nous appelons les entreprises à recourir au maximum au télétravail."

16h25 : Le ministre de la Santé Olivier Véran a présenté les cartes du déconfinement : 

«Les cartes des derniers jours ont pu soulever des inquiétudes, des espoirs, mais aussi parfois des incompréhensions selon la couleur verte, orange ou rouge. Aussi, je le précise bien si votre département est en rouge, ce n'est ni punition ni une mauvaise note. La pression épidémique a baissé mais cette baisse cache des différences parfois importantes selon les territoires ».

Mesures fortes dans les transports

A partir du 11 mai, une attestation de l'employeur sera nécessaire pour se déplacer dans les transports en commun. Edourd Philippe a indiqué que des mesures strictes seront imposées dans les transports en commun :

« Au moins les trois premières semaines nous allons imposer des règles très strictes, je n'exclus pas que nous prenions des mesures supplémentaires. L'objectif est de faire en sorte que nous puissions vivre avec ce virus ».

16h15 : Les départements qui resteront en "vert" les trois prochaines semaines pourront rouvrir les cafés et restaurants au début du mois de juin :

« Dans la majeure partie du pays, nous avons réussi à freiner la vague épidémique. Nous avons retrouvé des marges de manœuvre à l'hôpital et nous sommes prêts pour les tests. C'est ce qu'on appelle les départements « verts ». S'ils se maintiennent en vert les trois prochaines semaines, nous pourrons, au tout début du mois de juin, envisager une nouvelle étape de déconfinement. Avec peut être l'ouverture des lycées, des cafés, des restaurants. Bien sûr, dans la mesure où les conditions sanitaires le permettraient. […] En Ile de France, le nombre de cas baisse sûrement, lentement, mais il reste élevé, plus élevé que ce que nous espérions. Compte tenu de la tendance qui reste bien orientée, nous pouvons déconfiner. »

Le déconfinement sera limité dans les zones rouges :

« Dans d'autres départements, le virus circule encore activement, où l'hôpital reste encore en forte tension. C'est ce qu'on appelle les départements « rouges ». Le déconfinement y est possible avec certaines restrictions : pas d'ouverture des collèges, pas d'ouverture des parcs et jardins ».

Edouard Philippe a également précisé que le déconfinement sera repoussé à Mayotte

16h10 : Les premiers mots du Premier ministre

Confirmation du début du déconfinement dès le 11 mai

« Au vu des résultats sanitaires enregistrés ces derniers jours. La levée progressive du confinement peut être engagée ce lundi 11 mai ».

« C'est une nouvelle étape pour la France, pour les Français, nous allons débuter lundi prochain un processus très progressif, au minimum sur plusieurs semaines, qui va permettre au pays de sortir doucement mais sûrement du confinement que nous connaissons en France, comme d'ailleurs dans une très grande partie des pays du monde depuis le 17 mars ».

« Une bonne et une mauvaise nouvelle »

« Il y a aujourd'hui une bonne nouvelle et une moins bonne nouvelle. La bonne nouvelle, c'est que nous sommes en mesure de valider le déconfinement sur l'ensemble du territoire métropolitain. La moins bonne nouvelle, c'est que certains départements ont des résultats moins bons qu'espéré ».

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !