Stages en entreprise : l'Assemblée vote un renforcement de l'encadrement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Stages en entreprise : l'Assemblée vote un renforcement de l'encadrement
©

Fin des abus

Stages en entreprise : l'Assemblée vote un renforcement de l'encadrement

Désormais, les stages dépassant deux mois seront obligatoirement rémunérés et ce dès le premier jour.

C'est une petite révolution dans le monde de l'entreprise : les stagiaires ont vu leurs droits renforcés ce lundi soir. En effet, les députés ont voté un amendement à la proposition de loi socialiste : désormais la rémunération sera obligatoire pour les stages dépassant deux mois et ce dès le premier jour. La législation prévoit actuellement que les stages ouvrent droit au versement d'une gratification si leur durée est supérieure à deux mois.

Autres modifications votées à l'Assemblée : le temps de présence des stagiaires ne pourra plus être supérieur à celui des salariés ; les stagiaires auront droit aux tickets restaurants et à une prise en charge partielle des frais de transports et enfin ils ne pourront se voir confier des tâches dangereuses.

Cependant, l'amendement demandé par le Front de Gauche visant à rémunérer dès le premier jour d'un stage au motif que "tout travail mérite salaire" a été rejeté. Ce même amendement visait aussi à porter le montant de la gratification à au moins 50% du Smic brut. Un stage, "il ne s'agit pas d'un contrat de travail", a justifié la ministre de l'Enseignement supérieur Geneviève Fioraso à l'adresse du Front de Gauche.

Les députés de gauche ont salué les "avancées" de cette proposition de loi traduisant une promesse de campagne de François Hollande, certains notant que les stagiaires sont "trop souvent victimes de recours abusifs en main d'œuvre à moindre coût" de certaines entreprises qui "abusent".

De son côté, l'UMP a vivement combattu  cette  proposition de loi, martelant que les dispositions allaient aboutir à "un copié-collé" du statut de stagiaire sur celui de salarié et réduiraient l'offre de stages des entreprises par leur caractère "extrêmement coercitif", contradictoire avec le pacte de responsabilité voulu par François Hollande.

lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !