Soupçons d'emplois fictifs au MoDem : Jean-Luc Bennahmias n’avait "pas l’impression d’être hors la loi" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Soupçons d'emplois fictifs au MoDem : Jean-Luc Bennahmias n’avait "pas l’impression d’être hors la loi"
©Capture d'écran / BFMTV

Défense

Soupçons d'emplois fictifs au MoDem : Jean-Luc Bennahmias n’avait "pas l’impression d’être hors la loi"

L'ex-membre du MoDem, dans une interview au JDD, affirme que son ancien collaborateur avait un emploi réel.

Visé par une enquête préliminaire portant sur des soupçons d'emplois fictifs des assistants européens des élus MoDem, Jean-Luc Bennahmias se défend ce dimanche dans le JDD. Député européen MoDem de 2009 à 2014, il a été dénoncé par l'un de ses anciens salariés, qui prétend que son emploi était fictif. Une accusation démentie par l'intéressé : "il prétend qu'il ne me connaît pas. Moi je le connais et mes autres collaborateurs le connaissent et nous avons gardé des traces de son activité pour nous", assure Jean-Luc Bennahmias.

"Il était prévu qu'en plus de ses activités au siège (du MoDem) il travaille pour moi et c'est ce qu'il a fait. Par exemple tout ce que je conduisais comme parlementaire européen il le répercutait sur le site internet et diffusait mes communiqués. Il s'occupait aussi de mes relations avec la presse nationale", précise-t-il.

"Cet ancien collaborateur travaille aujourd'hui avec Anne Hidalgo à la mairie de Paris", souligne Jean-Luc Bennahmias. Or, "toute cette affaire tombe alors qu'il y a un certain nombre de tensions entre le MoDem et la mairie", poursuit-il, avant de faire part de son "impression qu'on (l)'utilise comme appât pour une opération de déstabilisation" contre le MoDem.

Reste que, pour l'ancien eurodéputé,  l’ouverture par le parquet d’une enquête préliminaire est "le début de la mise à plat d’un système, de la façon dont les parlementaires européens de différents pays utilisent l’enveloppe qui leur est allouée pour payer des collaborateurs". 

Il observe que les postes à temps partiel au siège du MoDem étaient "une sorte de règle non dite. Nous étions dans une complexité d’organisation."

Il propose aussi une autre ligne de défense : "Nous, contrairement au FN, nous avons toujours travaillé pour l’Europe. Ce sera difficile de montrer que nous aurions floué l’Union européenne, puisque nous avons toujours travaillé pour elle", assure-t-il. 

Lu dans Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !