Situation au Moyen Orient : Fillon, Juppé et Raffarin dénoncent "l'inaction" de François Hollande et l'appellent à intervenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Situation au Moyen Orient : Fillon, Juppé et Raffarin dénoncent "l'inaction" de François Hollande et l'appellent à intervenir
©

Il faut agir

Situation au Moyen Orient : Fillon, Juppé et Raffarin dénoncent "l'inaction" de François Hollande et l'appellent à intervenir

Les trois anciens Premiers ministres ont écrit une lettre ouverte au président de la République au sujet de la situation à Gaza et en Irak.

"Le Proche-Orient brûle et l'Europe regarde ailleurs". Tel est le début de la lettre adressée à François Hollande et rédigée par François Fillon, Alain Juppé et Jean-Pierre Raffarin. Une formule qui n'est pas sans rappeler le cri d'alarme poussé en 2002 par Jacques Chirac sur la situation environnementale dans le monde ("notre maison brûle et nous regardons ailleurs"). Ce mercredi, les trois présidents provisoires de l'UMP ont exhorté le chef de l'Etat à agir face à la situation au Proche Orient. Dans une lettre ouverte qui sera publiée dans l'édition de jeudi 14 août du journal Le Monde, les dirigeants d'opposition souhaitent une intervention "rapide" pour éviter "le risque du déshonneur".   

"Le cratère ouvert en Syrie et celui de l'Irak nourrissent une menace terroriste franco-européenne qui, demain, peut avoir des conséquences redoutables sur la sécurité de notre pays et de l'Europe", estiment-ils. Le triumvirat affirme, par ailleurs, qu'il devient nécessaire de "répondre sans attendre aux urgences humanitaires" dans la bande de Gaza et en Irak. Les élus soulignent les quelques initiatives de la France et de nos voisins britanniques à ce propos, mais "elles sont insuffisantes" à leurs yeux. Ils demandent donc à François Hollande de débloquer une aide humanitaire supplémentaire pour les Palestiniens de Gaza et les personnes déplacées en Irak.

D'après eux, "un engagement massif" de l'Union Européenne et "le soutien sans ambigüité" aux actions militaires sont nécessaires pour sortir ces deux pays de la crise.  "La France a le devoir de faire entendre sa voix"  et "doit avoir l'audace de l'initiative et demander la réunion sans délai d'un conseil européen extraordinaire", ont-ils poursuivi.  

Un proche de Luc Chatel, le secrétaire général de l'UMP par intérim, a expliqué au Lab d'Europe 1 que les ex-Premiers ministres dénonçaient surtout "l’inaction" de François Hollande dans ces deux dossiers. Ils fustigent "le fait que la politique étrangère de la France au Proche et au Moyen-Orient oscille entre passivité et suivisme", a indiqué la même source. 

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !