Scandale de la NSA : Hollande demande que l’espionnage "cesse immédiatement" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le chef de L'Etat souhaite que la lumière soit faite sur l'espionnage américain
Le chef de L'Etat souhaite que la lumière soit faite sur l'espionnage américain
©Reuters

Fermeté

Scandale de la NSA : Hollande demande que l’espionnage "cesse immédiatement"

En visite ce 1er juillet à Lorient, le chef de l’Etat a demandé des explications aux Etats-Unis concernant l’affaire d’espionnage qui ébranle le monde et ses relations diplomatiques.

"Nous ne pouvons pas accepter ce type de comportement entre partenaires et alliés". C’est dit, François Hollande ne tolérera d’aucune manière une "ingérence" des Etats-Unis. Après les révélations du quotidien britannique The Guardian, où la France, l’Italie et la Grèce figureraient parmi les cibles de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA), selon les informations confidentielles dévoilées par Edward Snowden, l’ancien espion qui en savait trop, le chef de l’Etat a réagi.

Il a ainsi demandé à Laurent Fabius, son ministre des Affaires Etrangères, d’entrer en contact avec son homologue américain, John Kerry. L’ambassadeur à Paris devrait également être entendu.

Malgré la retenue qui s’impose en matière de diplomatie, en demandant "confirmation ou infirmation", car "nous ne pouvons pas préjuger", le président de la République a tout de même précisé que "les éléments sont déjà suffisamment réunis pour que nous demandions toutes les explications".  Pour lui, cet espionnage doit "cesser immédiatement". 

Par ailleurs, François Hollande a déclaré qu'"on ne peut avoir de négociations ou de transactions" avec les Etats-Unis "qu'une fois obtenues (les) garanties"Cela vaut "pour la France mais ça vaut pour toute l'Union européenne". Une négociation doit s'ouvrir en juillet entre les Etats-Unis et l'UE sur la création d'une zone de libre-échange transatlantique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !