Sarkozy et "les ploucs" : L'Obs maintient sa version de l'affaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sarkozy et "les ploucs" : L'Obs maintient sa version de l'affaire
©Reuters

Et ça continue...

Sarkozy et "les ploucs" : L'Obs maintient sa version de l'affaire

Selon l'hebdomadaire, le candidat à la primaire de la droite et du centre a bel et bien tenu ces propos.

L'Obs contre-attaque. Jeudi, un article publié par Paris Match révélait que l'AFP avait envoyé une lettre d'excuses à Nicolas Sarkozy. En cause : la petite phrase qu'aurait lâché l'ancien chef de l'Etat au cours d'un déjeuner avec la rédaction de l'agence, le 18 octobre, au cours duquel il aurait déclaré "Mon électorat est populaire, ce sont des ploucs". Cette phrase avait été dévoilée par L'Obs avant d'être reprise par de nombreux médias au grand dam de l'entourage du candidat, qui menaçait de porter plainte pour diffamation. Selon Paris Match, cette phrase avait été sorti de son contexte.

Mais dès jeudi soir, L'Obs a publié un article affirmant que l'ex-président avait bien tenu ses propos. Le site de l'hebdomadaire relate sa version. "Le lendemain du fameux déjeuner à l’AFP, la retranscription écrite de l’entretien avec Nicolas Sarkozy est envoyée à des journalistes de l’agence. C’est à partir de cette retranscription que nous avons voulu en savoir plus : dans quel contexte cette phrase a-t-elle été prononcée ? Nicolas Sarkozy reprenait-il le mot "plouc" à son compte, sous forme de boutade, ou le mettait-il dans la bouche d’une "élite" prompte, selon lui, à dénoncer son populisme ?" explique l'Obs, qui poursuit :

"Ces questions, nous les avons posées à plusieurs interlocuteurs. Tous nous ont confirmé le sens des paroles de Nicolas Sarkozy, qui s’inscrivaient dans une justification de sa stratégie électorale. Tous nous ont indiqué qu’il ne s’agissait pas de propos prêtés à un tiers. " Le site se défend d'avoir voulu "faire le buzz", mais seulement informer le public de l'utilisation de ce terme péjoratif dans la bouche d'un responsable politique d'une grande importance.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !