Sarkozy, Cahuzac… : les réactions politiques de la matinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sarkozy, Cahuzac… : les réactions politiques de la matinée
©Reuters

Revue de presse

Sarkozy, Cahuzac… : les réactions politiques de la matinée

Deux affaires judiciaires, à droite comme à gauche, mobilisent l'actualité politique de la journée.

Henri Guaino : "Je suis sûr que Nicolas Sarkozy est quelqu'un d'honnête, pas une minute je ne mets pas sa probité en doute" affirme son ancienne plume sur RMC/BFMTV. "Cela me semble fou qu'on ait pu dépenser 50 millions dans une campagne, je ne comprends pas comment cela pourrait être possible. Est-ce que cela a vraiment coûté si cher ? (…) "il faut désormais savoir où est l'argent, mais je suis sûr que ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui l'a pris. Un candidat à la présidentielle ne passe pas son temps dans les comptes, il ne signe aucun chèque." Le député a par ailleurs confirmé sa candidature à la prochaine présidentielle, même s'il n'obtenait pas les parrainages pour la primaire de la droite et du centre.

Bruno Retailleau : "Il y a un Etat de droit, l’Etat de droit on en a beaucoup parlé dernièrement, l’Etat de droit c’est la présomption d'innocence" a évoqué le patron des sénateurs de droite à propos de Nicolas Sarkozy, au micro d'Europe 1. "La plupart des mises en examen, souvent, ça se traduit par de l’innocence (…) Une mise en examen, un renvoi, ça n’est ni une culpabilité et, à plus forte raison, ni une condamnation."

Frédéric Péchenard : "C'est bien évidemment un complot politique" explique, de son côté Frédéric Péchenard sur France Inter, qui juge le réquisitoire du parquet comme "un écran de fumée pour camoufler l'affaire Cahuzac."

Cécile Duflot : "L'affaire Cahuzac est très dommageable pour ce quinquennat" affirme Cécile Duflot, sur France Inter. A propos des accusations contre Michel Rocard, elle souligne : "Soit c'est une stratégie de défense et ce n'est pas très glorieux, soit il soulage sa conscience, c'est un peu tard et ce n'est pas très complet."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !