Santé : le risque d'infarctus fortement accru le soir de Noël | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Santé : le risque d'infarctus fortement accru le soir de Noël
©PHILIPPE HUGUEN / AFP

Attention aux excès

Santé : le risque d'infarctus fortement accru le soir de Noël

La magie des fêtes de fin d'année peut nous pousser à faire des folies… parfois mortelles.

L'esprit de Noël a beau flotter dans l'air durant les fêtes de fin d'année, la grande faucheuse n'est jamais bien loin. Au contraire, elle auront même tendance au surmenage durant cette période, comme le rappporte RTL ce samedi 22 décembre. Pour cause, c'est à ce moment-là que les risques d'infarctus du myocarde seraient les plus importants, selon une étude parue dans le British Medical Journal.

+37% de risque le 24 décembre à 22 heures

Des chercheurs suédois se sont en effet penchés sur la question, en étudiant quelque 280 000 cas d'infarctus recensés sur 20 ans, entre 1993 et 2013. Le constat est alarmant : les risques de faire une crise cardiaque augmenteraient de 15% pendant les fêtes. Une probabilité qui s'envole même jusqu'à 37% au dessus de la moyenne le 24 décembre, à 22 heures précises. En cause, selon les experts, le stress, l'abondance de nourriture et d'alcool, mais également les basses températures, qui peuvent être autant de facteurs multiplicateurs de risque.

Aussi, les personnes âgées sont les plus vulnérables. "L'association d'un risque accru à Noël est plus prononcée pour les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne", c'est-à-dire cardiovasculaire, indique l'étude. Selon l'Institut national de la santé et de la recherche médicale, l'infarctus du myocarde touche 120.000 personnes par an en France, 10% des victimes décédant dans l'heure. Vous savez ce qu'il vous reste à faire en cette fin d'année : éviter les excès !

RTL

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !