Russie : l'Ukraine place ses troupes en alerte maximum | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Russie : l'Ukraine place ses troupes en alerte maximum
©Reuters

Réponse

Russie : l'Ukraine place ses troupes en alerte maximum

L'Ukraine répond aux allégations de la Russie qu'elle aurait fomenté des attentats terroristes en Crimée.

Petro Poroshenko, président de l'Ukraine, a donné l'ordre que les troupes à la frontière de Crimée et en Ukraine de l'Est soient placées en alerte maximum, à la suite d'allégations russes, niées par l'Ukraine, que celle-ci aurait fomenté des attentates terroristes en Crimée, région ukrainienne récemment annexée par la Russie. Le président a annoncé la décision sur Twitter

Après l'invasion russe de la Crimée et de nombreuses échauffourrées, suivies par les accords de Minsk par lesquelles l'Ukraine a accepté l'annexation de la Crimée par la Russie, et le retour d'une paix relative, la situation entre les deux pays semble se déteriorer à nouveau. Les incidents violents se multiplient, ainsi que les mouvements de troupes russes, et les craintes que les accusations réciproques ne soient utilisées, notamment par Moscou, pour créer une nouvelle escalation du conflit. 

Le FSB, l'agence russe qui a succédé au KGB, avait prétendu avoir déjoué des projets d'attentats, fomentés par les services de renseignement ukrainiens, contre "des éléments d'importance critique de l'infrastructure de la péninsule". En réponse, Poroshenko a publié un communiqué déclarant que "les accusations de la Russie que l'Ukraine a lancé des attaques terroristes dans la Crimée occupée sont tout aussi cyniques et folles que les allégations qu'il n'y a pas de troupes russes en Ukraine de l'est. L'Ukraine condamne résolument le terrorisme sous toutes ses formes. Nous n'utiliserions jamais le terrorisme pour mettre fin à l'occupation de la Crimée. La Russie fournit de l'argent et des armes aux terroristes en Ukraine." 

Lu sur le Washington Free Beacon

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !