Royaume-Uni : quand Boris Johnson souhaitait ardemment le maintien de son pays dans l'UE | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Royaume-Uni : quand Boris Johnson souhaitait ardemment le maintien de son pays dans l'UE
©Paul Hackett / Reuters

Tout et son contraire

Royaume-Uni : quand Boris Johnson souhaitait ardemment le maintien de son pays dans l'UE

Un article d'opinion de l'ancien maire de Londres, finalement resté dans les tiroirs, incitait les électeurs à ne pas voter pour la sortie de son pays de l'Union européenne.

Cela en dit long sur les intentions de Boris Johnson... Le Sunday Times a publié un article, initialement rédigé par l'ancien maire de Londres et fer de lance du Brexit, qui n'avait finalement pas été publié, en mars dernier. Rédigé deux jours seulement avant la prise de position de Boris Johnson en faveur de la sortie, le texte avertit des risques que le Brexit représente : un "choc économique" mais aussi "l'éclatement du Royaume-Uni" avec la menace indépendantiste des Ecossais. "Pourquoi sommes nous si déterminés à y tourner le dos (...) Posez-vous la question: malgré tous ses défauts et déceptions, voulez-vous vraiment que le Royaume-Uni quitte l'UE?" affirmait-il soulevant, à l'époque, que la contribution britannique au budget de l'UE "semble assez modeste" compte tenu des avantages pour l'économie.

Pire, cette tribune a été rédigée en même temps qu'une autre prenant le contre-pied de cette position. C'est cette dernière, favorable au Brexit, qui a été publiée le 16 mars dans le Daily Telegraph. Selon ses proches, l'article secret aurait simplement servi "organiser" la pensée de l'actuel ministre des Affaires étrangères. Mais sa rivalité avec David Cameron reste le principal argument de son soutien au Brexit, pour de nombreux observateurs.

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !