Référendum sur la fusion des collectivités territoriales : les Alsaciens disent "non" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Dans le Bas-Rhin, le "Oui" l'a emporté
Dans le Bas-Rhin, le "Oui" l'a emporté
©Reuters

Non c'est non

Référendum sur la fusion des collectivités territoriales : les Alsaciens disent "non"

Le projet de fusion inédite des conseils régionaux et généraux a été rejeté par 55% des électeurs hauts-rhinois.

Vives désillusions pour les partisans de la fusion des collectivités territoriales (conseils régionaux et généraux) d'Alsace : les électeurs haut-rhinois ont enterré dimanche le projet en votant massivement contre, lors d'un référendum régional. Selon des résultats partiels portant sur plus de la moitié des bulletins dépouillés, le non a recueilli près de 55% des suffrages exprimés dans le Haut-Rhin, dans un contexte de très faible mobilisation des électeurs.

Au contraire, dans le Bas-Rhin, le oui l'a emporté par près de 65% des voix, mais où l'abstention a également été très forte, selon des résultats partiels en dehors de Strasbourg, où les bureaux ne fermaient qu'à 20h00.

"Quand on a des débats sur les questions institutionnelles, ça n'intéresse pas nos concitoyens. Quand on vote pour une personne ou un parti, ça intéresse davantage", a commenté à Strasbourg le président (UMP) du Conseil général du Bas-Rhin, Guy-Dominique Kennel.

Il a aussi déploré les retombées de l'affaire de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, qui a reconnu détenir un compte non déclaré à l'étranger après des mois de mensonge. "Aujourd'hui, c'est incroyable le nombre de fois où on m'a parlé de l'affaire Cahuzac", a confié Guy-Dominique Kennel.

L'objectif de cette fusion était de faire des économies, et de renforcer le poids national de l'Alsace. Des arguments qui n'ont semble-t-il pas touché les électeurs.

Lu sur France 24

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !