Présidentielle en Algérie : c'est jour de vote, Abdelaziz Bouteflika part favori | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Présidentielle en Algérie : c'est jour de vote, Abdelaziz Bouteflika part favori
©

Aux urnes

Présidentielle en Algérie : c'est jour de vote, Abdelaziz Bouteflika part favori

Malgré son absence pendant la campagne électorale, à cause de ses problèmes de santé, le président sortant devrait rempiler pour un 4e mandat à la tête du pays.

23 millions d'électeurs sont appelés aux urnes, ce jeudi, pour élire le nouveau président algérien. Un vote qui, sauf surprise, devrait reconduire le président sortant Abdelaziz Bouteflika pour un quatrième mandat.

Ce dernier, soutenu par le Front de libération nationale (FLN), apparaît comme le grand favori de l’élection, malgré des ennuis de santé qui l'ont empêché de mener lui-même sa campagne électorale et d'apparaître dans ses meetings.

Face à lui, cinq autres candidats ont fait campagne. Son principal adversaire est Ali Benflis, qui espère prendre sa revanche après sa défaite, en 2004. Il mise pour cela sur l’extrême lassitude des Algériens, après plus de 15 ans de présidence Bouteflika.

Âgé de 77 ans, Abdelaziz Bouteflika a été élu président en 99, puis en 2004 et 2009… après avoir modifié la Constitution. Celle-ci limitait jusque-là la présidence à deux mandats. En 2013, l’actuel président est victime d’un accident vasculaire cérébral. Hospitalisé près de trois mois à Paris, il n’a jamais repris la parole en public et n'a tenu que deux conseils des ministres depuis son retour en Algérie. Le président sortant devrait cependant se rendre lui-même sur son lieu de vote, sur les hauteurs d'Alger, vers 11h, a indiqué son équipe dans un communiqué. Une sortie qui va être scrutée attentivement et pour cause : ce serait la première depuis le 8 mai 2012.

Les soutiens d'Abdelaziz Bouteflika le présentent comme le garant d’une stabilité, alors que ses détracteurs lui reprochent des réformes timides et pointent des affaires de corruptions parmi sa garde rapprochée.

Comme le souligne lemonde.fr, le scrutin risque d’être marqué par l’abstention, après plusieurs appels aux boycott. Le scrutin se déroulera sous haute surveillance pour limiter la fraude.

Lu sur lemonde.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !