Présidentielle en Algérie : Abdelaziz Bouteflika réélu pour un 4e mandat avec 81,53% des voix | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Présidentielle en Algérie : Abdelaziz Bouteflika réélu pour un 4e mandat avec 81,53% des voix
©

Sans surprise

Présidentielle en Algérie : Abdelaziz Bouteflika réélu pour un 4e mandat avec 81,53% des voix

Le scrutin qui, selon les quotidiens El Watan et Liberté, était "dénué de crédibilité" et "d'enjeux réels", a été entaché de violences - notamment en Kabylie.

Les Algériens ont voté ce jeudi pour réélire Abdelaziz Bouteflika, au terme d’un scrutin sans surprise : il a obtenu 81,53% des voix, a-t-on appris ce vendredi après-midi.. Le président sortant n'avait toutefois pas attendu les résultats officiels pour fêter sa victoire dès la fermeture des bureaux de vote à 20H00 (19H00GMT). Le taux de participation était de 51,7% dans le pays et de seulement 37% à Alger, la capitale.

Abdelaziz Bouteflika, désormais âgé de 74 ans, s’est rendu ce jeudi dans les bureaux de vote en fauteuil roulant. Le vieil homme a été victime d’un AVC il y a un an. Ce dernier ayant considérablement réduit ses capacités d’élocution et de déplacement, il n’a pas fait campagne lui-même.

En Kabylie (à l’est d’Alger), 70 personnes ont été blessées lors de heurts entre des gendarmes et des jeunes. Ces derniers ont saccagé les urnes dans les centres de vote des localités de Raffour, M'chedellah et Saharidj, dans le département de Bouira, entraînant une interruption momentanée du vote. A Alger, des policiers étaient armés de kalachnikov ou de fusils à pompe et un hélicoptère tournoyait au-dessus de la capitale. Une tentative de manifestation d'opposants a été rapidement étouffée. Par ailleurs, une coalition de cinq partis d'opposition avait appelé à boycotter le scrutin, plaidant en faveur d'une "transition démocratique", alors que le mouvement Barakat ("Ça suffit"), hostile à un quatrième mandat, qualifiait cette élection était "un non-événement".

 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !