Pas de changement de politique pour la Corée du Nord<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pas de changement de politique pour la Corée du Nord
©

Même ligne

La Commission de défense nationale a indiqué qu'ils feront "payer" les péchés de la Corée du Sud et que le monde ne doit pas s'attendre à la moindre évolution de leur part.

La Corée du Nord a prévenu le monde vendredi 30 décembre qu'elle ne changera pas de politique sous son nouveau dirigeant, Kim Jong-un et qu'il n'y aurait pas de dialogue avec le gouvernement actuel à Séoul. La veille, l'intronisation du fils de Kim Jong-il, proclamé "leader suprême du parti, de l'armée et du peuple" lors d'un gigantesque rassemblement militaire à Pyongyang, a mis un point final aux obsèques de Kim Jong-il, mort le 17 décembre.

"Nous déclarons solennellement et fièrement aux responsables politiques stupides dans le monde, y compris les fantoches de Corée du Sud, qu'ils ne doivent pas s'attendre au moindre changement de notre part", a indiqué la Commission de défense nationale, considérée comme la structure la plus puissante du pays.

Malgré les appels occidentaux pour que la Corée du Nord suive l'exemple de la Birmanie et lance des réformes politiques et économiques, le nouveau dirigeant devrait donc, au moins au début, coller à la doctrine familiale de la seule dynastie communiste au monde, estiment les analystes. Agé de moins de 30 ans, Kim Jong-un pourrait, les premières années, être chaperonné par la vieille garde qui entourait déjà son père, dont notamment son oncle, Jang Song-thaek.

La Corée du Nord a aussi promis à Séoul qu'elle lui ferait payer pour les "péchés" commis lors de la mort de Kim Jong-il."Nous ferons payer jusqu'au bout le traître Lee Myung-bak et sa clique pour les péchés impardonnables, pour l'éternité, qu'ils ont commis à l'occasion des obsèques nationales" de Kim Jong-il. Le Nord n'a pas précisé en quoi consisteraient les représailles. Il reproche à Séoul d'avoir interdit les visites de condoléances à Pyongyang. Seules deux délégations sud-coréennes ont été autorisées à se rendre de l'autre côté de la frontière, avant les obsèques de Kim Jung-il, pour rendre hommage au défunt.

Les premiers pas de l'héritier sont scrutés avec attention par les chancelleries. Dotée de l'arme nucléaire, la Corée du Nord représente un enjeu de taille pour la diplomatie régionale de la Chine, son seul allié de poids, et des Etats-Unis.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !