Ouverture dominicale : le revirement d’Anne Hidalgo choque la gauche mais réjouit la droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Ouverture dominicale : le revirement d’Anne Hidalgo choque la gauche mais réjouit la droite
©Reuters

Volte-face

Ouverture dominicale : le revirement d’Anne Hidalgo choque la gauche mais réjouit la droite

La maire de la capitale soumettra au Conseil de Paris son souhait d’ouverture des commerces douze dimanches par an, à partir de 2017.

Une volte-face qui fait jaser. Ce lundi débute la délibération l’exécutif parisien concernant l’ouverture des commerces douze dimanches par an, dès 2017, soit le nombre maximum permis par la loi Macron. A la base, Anne Hidalgo avait pourtant montré une farouche opposition à cette mesure, ne se privant pas d'épargner Emmanuel Macron. Et ce revirement agace nombre de ses alliés, comme l'explique Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe Communiste-Front de Gauche du Conseil de Paris

"Nous ne pouvons pas être d'accord sur tout. Mais là, Anne Hidalgo fait un vrai pas de côté, qui plus est sur des marqueurs de la gauche, fustige-t-il. "Elle divise sa majorité inutilement. Nous étions prêts à accepter jusqu'à huit dimanches dérogatoires. Pas douze! Rien n'obligeait la maire à choisir le maximum autorisé par la loi". Une colère partagée par le parti écologiste.

Anne Hidalgo s'est défendu en expliquant au JDD : "Je suis opposée à la généralisation du travail le dimanche, mais j'accepte des dimanches travaillés à titre dérogatoire." Son combat contre la Loi Macron était justifié car elle "favorisait les grandes enseignes" et "ne prévoyait pas de compensations suffisantes pour les salariés".

Quant à la droite parisienne, elle se réjouit de ce changement de point de vue par rapport au travail dominical. "C’était donc bien un problème personnel avec Emmanuel Macron", a déclaré Nathalie Kosciusko-Morizet, dans 20 Minutes. La présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris votera pour l’extension tout en souhaitant aller plus loin. Le groupe déposera un vœu relatif à la création d’une zone touristique unique dans la capitale, pour classer "la ville de Paris en zone touristique dans la totalité de son territoire, hors zones ZTI, afin de donner aux commerces parisiens la liberté s’ils le souhaitent d’ouvrir le dimanche."

Lu sur 20 Minutes

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !