Opération Sangaris en Centrafrique : les premiers soldats français rentreront en septembre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Opération Sangaris en Centrafrique : les premiers soldats français rentreront en septembre
©Reuters

Bienvenue à la maison

Opération Sangaris en Centrafrique : les premiers soldats français rentreront en septembre

Ils seront remplacés au fur et à mesure par des membres de la mission de la paix de l'ONU.

Cela fait six mois, six longs mois que la France a lancé l'opération Sangaris. Objectif de cette mission : appuyer la force africaine de la Misca (5 800 hommes) et de ramener la paix en Centrafrique, un pays déchiré par une guerre civile et religieuse. Au total, ce sont près de 2 000 soldats français qui sont déployés sur place. Mais ce vendredi, le commandant de cette force Sangaris a indiqué que, si la situation sur place le permettait, les premiers soldats français pourront retourner chez eux dès le 15 septembre. En effet, à ce moment-là, le déploiement de la mission de maintien de la paix de l'ONU débutera. 

Cela confirme les propos tenus lundi par François Hollande. Le président avait assuré que les forces françaises en Centrafrique resteraient sur place jusqu’à la montée en puissance de la Minusca, la force de maintien de la paix de l'Onu. "L'opération de maintien de la paix se déclenchera le 15 septembre, nous l'accompagnerons jusqu'à ce qu'elle ait atteint sa pleine capacité opérationnelle, ce qui devrait être effectif d'ici la fin de l'année", a donc répété le général Francisco Soriano sur Europe 1.

"La situation sécuritaire s'est améliorée depuis que nous sommes ici. A Bangui, les écoles ont rouvert, les hôpitaux fonctionnent", a estimé le général Soriano, évoquant un retour dans la capitale de certains musulmans partis se réfugier au Cameroun. Et d'ajouter : "Pour autant il reste bien évidemment encore à faire (...) on ne pourra arriver justement à une sécurité améliorée qu'à partir du moment où les trois piliers, politique économique et judiciaire, pourront prendre le relais". 

lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !