Nicolas Sarkozy parle du Tour de France et pas que : "En vélo comme en politique il ne faut jamais renoncer" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy parle du Tour de France et pas que : "En vélo comme en politique il ne faut jamais renoncer"
©

Politique un jour, politique toujours

Nicolas Sarkozy parle du Tour de France et pas que : "En vélo comme en politique il ne faut jamais renoncer"

"Je n’ai jamais raté une arrivée d’étape, même quand j’étais président de la République. J’avais toujours un écran branché sur le Tour à l’Elysée" a-t-il expliqué.


Nicolas Sarkozy a confié son amour du cyclisme à nos confrères du Parisien et raconté combien ce sport à marqué sa vie. L’ex chef de l’Etat est un fan absolu du Tour de France, dont il ne rate jamais une étape. "J’encourage, j’exulte, je vis la course, a-t-il expliqué. Je n’ai jamais raté une arrivée d’étape, même quand j’étais président de la République. J’avais toujours un écran branché sur le Tour à l’Elysée. Et j’ai reçu tous les vainqueurs d’étape, je voulais les mettre à l’honneur". Nicolas Sarkozy raconte également ses escapades à vélo, lorsqu’il est en vacances dans le Haut-Var : "Tous les matins, je fais 60 kilomètres et je franchis deux ou trois cols. J’aime les paysages, mes vélos, le bruit du boyau sur la route". 

Pour le président des Républicains, il y a une grande ressemblance entre le cyclisme et la politique. "Ne jamais renoncer, lance Nicolas Sarkozy pour fait le lien. Jamais. En politique comme en vélo, le chemin est semé de difficultés, il faut arriver à maturité. Ce n’est pas qu’une affaire de talent, c’est une affaire de persévérance, de résistance. J’aime les valeurs véhiculées par les cyclistes : le travail, le courage, la proximité, l’effort, aller au bout de la souffrance".

L’ancien président des Français se réjouit même de la présence de François Hollande et d’autres politiques sur le Tour de France. "Que ce soit sincère ou pas, je me réjouis qu’ils viennent, parce que le Tour, c’est un monument national, a déclaré Nicolas Sarkozy. Il appartient au peuple français et quand on le représente, on doit aimer ce qu’aime le peuple français". 

Lu sur le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !