Municipales à Paris : Nathalie Kosciusko-Morizet donnée battue dans son arrondissement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Municipales à Paris : Nathalie Kosciusko-Morizet donnée battue dans son arrondissement
©

Bataille des municipales

Municipales à Paris : Nathalie Kosciusko-Morizet donnée battue dans son arrondissement

Un sondage CSA pour BFMTV donne la candidate UMP à la mairie de Paris Nathalie Kosciusko-Morizet perdante dans l’arrondissement où elle se présente, le 14e.

Encore un mauvais sondage pour NKM. La candidate UMP Nathalie Kosciusko-Morizet à la mairie de Paris est donnée perdante dans le 14e arrondissement, où elle se présente comme tête de liste, selon un sondage CSA pour BFMTV, publié le 12 février 2014.

La liste de son adversaire socialiste locale, Carine Petit, obtiendrait 40 % des voix, contre 35 % pour celle de Nathalie Kosciusko-Morizet, au 1er tour. Au 2nd tour, Carine Petit recueillerait 55 % des suffrages, contre 45 % pour NKM.

La candidate de droite commence à avoir une belle collection de sondages en sa défaveur. Déjà, le 15 décembre 2013, un sondage Ifop-Fiducial pour le Journal du Dimanche et Sud Radio la donnait perdante dans le 14e arrondissement. Un mois plus tôt, un autre sondage PollingVox paru dans Libération, la donnait également perdante dans l’arrondissement.

Anne Hidalgo, sa principale adversaire dans la course à la mairie de Paris, a eu aussi son mauvais sondage, avant Noël, qui la donnait perdante dans le 15e arrondissement, où elle se présente.

Toutefois, dans un sondage d’intentions de vote, réalisé par l’Ifop et rendu public le 29 janvier 2014, Anne Hidalgo l’emporterait largement, à l’échelle de Paris, par 54 % d’intentions de vote, contre 46 % pour NKM.

Lu sur bfmtv.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !