Mort de Rémi Fraisse : les manifestations dégénèrent, sept blessés à Nantes, au moins six interpellations à Toulouse | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Mort de Rémi Fraisse : les manifestations dégénèrent, sept blessés à Nantes, au moins six interpellations à Toulouse
©

Violences

Mort de Rémi Fraisse : les manifestations dégénèrent, sept blessés à Nantes, au moins six interpellations à Toulouse

Manuel Valls a condamné "avec fermeté les déchaînements de violence délibérée" qui ont eu lieu ce samedi 1er novembre. "C'est une insulte à la mémoire de Rémi Fraisse", a déclaré le Premier ministre.

Les manifestations prévues en l'honneur de Rémi Fraisse ont mal tourné. Ce samedi 1er novembre, au moins sept personnes ont été blessées lors d'un défilé à Nantes contre "les violences policières".  La situation a également dégénéré Toulouse, où le but premier était pourtant de rendre hommage au jeune homme décédé le weekend dernier sur le site du barrage de Sivens à cause d'une grenade offensive lancée par la police. Dans les deux villes, les forces de l'ordre ont du faire usage de bombes lacrymogènes alors que les protestattaires leur lançaient des projectiles de toutes sortes. Selon le préfet de Loire-Atlantique, Henri-Michel Comet, des policiers ont d'ailleurs été blessés par des "bouteilles d'acide". Plusieurs interpellations ont également eu lieu. 

A Nantes, 800 personnes s'étaient rassemblées en début d'après-midi sous haute surveillance, à l'appel de mouvances radicales anti-capitalistes. Les policiers ont commencé à faire usage de leurs bombes lacrymogènes vers 16h30. Quelques instants plus tard, les journalistes présents sur place ont fait état de trois manifestants blessés au jambe, l'un par un coup de matraque et deux par des éclats de grenades de désencerclement. Plus tard, Henri- Michel Comet a annoncé que les policiers essuyaient des jets de bouteilles d'acide et des "projectiles de toute nature", des "pavés" et des "projectiles contondants". Au moins un policier aurait été blessé par ces bouteilles. 

A Toulouse la situation étaient également très tendue. En début de soirée, des manifestants harcelaient les forces de l'ordre, plusieurs distributeurs automatiques avaient été vandalisés et des poubelles incendiées. Selon BFM TV, au moins 6 manifestants ont été interpellés. Quant à la ville de Lille : "100-150 personnes en hommage à Rémi Fraisse à Lille. Siège du PS tagué et visé avec de grosses billes d'acier", a twitté une journaliste sur place.

Plus tard dans la soirée, Manuel Valls a condamé "avec fermeté les déchaînements de violence délibérée".  "C'est une insulte à la mémoire de Rémi Fraisse", a déclaré le Premier ministre.

Jean-Marc Ayrault, ex-maire de Nantes a par ailleurs dénoncé "des violences délibérées des groupes radicaux".

 

Quant à Jean-Philippe Magnen (EELV), il s'est dit "consterné" par la dégénération de la manifestation à Nantes. "Il y a des failles dans notre démocratie au-delà de ces violences"."Des personnes qui n'ont rien à faire de Sivens s'infiltrent dans ces manifestations", s'est-il insurgé sur BFM TV ; 


 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !