Marine Le Pen n'est pas la bienvenue en Grande-Bretagne, elle dément toute volonté "d'ingérence" dans le Brexit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Marine Le Pen n'est pas la bienvenue en Grande-Bretagne, elle dément toute volonté "d'ingérence" dans le Brexit
©Capture d'écran ibtimes.co

Voyages de courtoisie

Marine Le Pen n'est pas la bienvenue en Grande-Bretagne, elle dément toute volonté "d'ingérence" dans le Brexit

Sur France 2 lundi matin, la présidente du Front national a évoqué son statut de persona non grata au Royaume-Uni. Selon elle, le FN reste à l'écart de la question du referendum britannique sur la sortie de l'Europe.

Invitée sur le plateau des "4 Vérités" lundi, Marine Le Pen riposte. Au Royaume-Uni, les pro-Brexit ("Britanny Exit", sortie de la Grande Bretagne de l'UE) veulent interdire l'accès de la présidente FN en cas de visite Outre-Manche. Une information révélée dimanche par la BBC.

Gisela Stuart, coprésidente de la campagne officielle "Vote Leave" en faveur d'une sortie de son pays de l'UE au référendum du 23 juin prochain, a adressé une lettre à la ministre de l'Intérieur britannique Teresa May. Dans ce courrier, Gisela Stuart demande de "refuser l'entrée" de Marine Le Pen dans le pays, à cause de "ses opinions extrémistes".

"Je lui pardonne beaucoup, parce qu'elle est pour la sortie de l'Union européenne, elle est contre l'Union européenne. Mais enfin, elle reste une socialiste. Les socialistes ont toujours eu un léger problème avec la démocratie", a répondu Marine Le Pen ce lundi matin au sujet de Gisela Stuart.

La présidente du FN s'est également défendue de vouloir faire de "l'ingérence" dans les affaires britanniques contrairement, dit-elle, au président américain Barack Obama, qui s'est prononcé en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne lors de sa visite à Londres la semaine dernière.

Dimanche, Florian Philippot avait indiqué que Marine Le Pen avait été "sollicitée pour aller soutenir le camp du Brexit". La visite serait.

La visite de Marine Le Pen, toujours prévue pour le mois de mai, permettrait selon lui aux Britanniques qui souhaitent sortir de l'Union européenne "de savoir qu'il y a des responsables européens de premier plan qui les soutiennent".

Nigel Farage, chef du parti eurosceptique et anti-immigration UKIP a déclaré sur Sky News ce week-end qu'il ne pensait pas qu'une intervention de Marine Le Pen soit utile à la campagne pour le Brexit. Il s'est toutefois dit contre le fait qu'elle puisse être interdite d'accès au territoire.

A LIRE AUSSI : Aveuglé par la rancœur ou extra-lucide : mais que voit donc Jean-Marie Le Pen quand il affirme que la présence de Marine au second tour n’est pas une évidence ?

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !