Mantes-la-Ville : un "fichier musulman" pour inciter les gens à voter pour la maire socialiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Mantes-la-Ville : un "fichier musulman" pour inciter les gens à voter pour la maire socialiste
©Reuters

Un coup de pouce

Mantes-la-Ville : un "fichier musulman" pour inciter les gens à voter pour la maire socialiste

Ce mardi 12 décembre, quatre personnes de cette commune des Yvelines comparaissent devant le tribunal correctionnel de Versailles. Elles sont soupçonnées d'avoir constitué une liste électorale "à caractère religieux et ethnique".

Quatre membres de la communauté musulmane de Mantes-la-Ville (Yvelines), comparaissent ce mardi 12 décembre devant le tribunal correctionnel de Versailles pour "enregistrement ou conservation de données à caractère personnel, sensible, sans l'accord de l'intéressé", rapporte Le Figaro. Ils sont soupçonnés d'avoir créé un "fichier musulman" afin de réélire la maire socialiste Monique Brochot (PS), lors des municipales de 2014. Finalement, l'édile a été battu par Cyril Nauth (FN).

"Une série de noms à consonance maghrébine et africaine"

C'est par une lettre anonyme, envoyée en avril 2016, que le parquet de Versailles a été informé de cette affaire. Ce document avait alors été décrit par Le Parisien. Il "se présente sous la forme d'un tableau avec une série de noms à consonance maghrébine et africaine. À gauche, un chiffre indique le bureau dans lequel votent ces habitants. À droite, figure un prénom, censé être le référent du bureau de vote concerné", avait écrit le quotidien.  

Dans un droit de réponse à cet article, Youness Jaddaoui - l'un des prévenus soupçonné d'être à l'origine du fichier et accusé de "collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux" - a démenti avoir "créé un fichier électoral à caractère religieux ou éthique en vue de faire gagner la maire socialiste". "J'ai indiqué que, en tant qu'adhérent d'une association dénommée 'Réflexion et action citoyenne', la liste électorale de la Ville avait été utilisée en 2013 afin de recenser les habitants du quartier et les encourager à s'insérer dans la vie citoyenne de la cité, se défend-il. Il n'est jamais mentionné sur ce fichier une référence quelconque à la religion ou à l'origine ethnique. C'est malheureusement la composante sociologique des quartiers qui fait qu'ils sont habités par beaucoup de personnes d'origine maghrébine et africaine", a-t-il déclaré. Les quatre prévenus ont choisi de plaider la relaxe.

Mme Brochot avait promis un nouveau lieu de culte musulman

"Élaborer ce type de fichier avec des noms à consonance étrangère, pendant une campagne électorale, alors que Mme Brochot avait promis un nouveau lieu de culte musulman, cela peut se qualifier de clientélisme!", a estimé de son côté Cyril Nauth, le maire FN finalement élu à la place de la socialiste Monique Brocot. "Il y a forcément une intention précise derrière !". Et d'ajouter : "C'est condamnable politiquement et moralement. Je suis très étonné que Mme Brochot et ses adjoints soient totalement mis hors de cause. Elle ne pouvait pas ne pas être au courant!".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !