Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique

Dure décision

Mairie de Paris : le choix difficile de Rachida Dati pour l'investiture LR

Rachida Dati devrait être choisie ce mercredi comme candidate LR à la Mairie de Paris. Un choix qui divise déjà et pourrait poser plusieurs problèmes...

Ce mercredi, Les Républicains choisiront leur candidat pour les élections municipales à Paris. Il ne devrait pas y avoir d'effet de surprise, Rachida Dati -actuellement maire du 7ème arrondissement- est largement favorite. Pourtant, si le choix de la CNI -Commission national d'investiture- ne laisse pas l'ombre d'un doute, il semble également se faire par défaut.

Un choix perçu comme clivant

Interrogé par l'AFP, un responsable LR, a en effet déclaré que la droite n'avait "pas d'autre choix" et, d'après lui, ce n'est pas faute d'avoir essayé... "On a esayé de chercher Baroin, Précresse devait y aller, Calmels et Douste-Blazy on y a pensé... Tout le monde a décliné. On a même pensé à Sarkozy.." a précisé la même source. Pourquoi avoir cherché n'importe qui, semble-t-il, plutôt que Rachida Dati ? Parce que l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, est "pugnace mais clivante".

Ainsi, il n'est même pas certain que les autres maires parisiens sortant la soutiennent. Loin de rassembler donc, pour l'heure elle n'arriverait qu'en 4ème position avec 14%, loin derrière Anne Hidalgo (24%), Benjamin Griveaux (LREM, 17%) et Cédric Villani (dissident, 15%). 

La menace d'une affaire Fillon bis

Mais, si la personnalité de Dati divise ce n'est pas le seul problème présenté par sa candidature. En effet, actuellement visée par une enquête -enquête qui porte sur des prestations de conseils conclues par Mme Dati avec la filliale néerlandaise de Renault-Nissan- du Parquet national financier pour "abus de biens sociaux" et "corruption", elle pourrait être mise en examen incessamment sous peu. Et si Les Républicains s'interrogent déjà sur l'agenda du PNF, et ce bien que Rachida Dati nie toute irrégularité, une telle affaire pourrait bien avoir raison de sa candidature... Un possible tournent qui rapelle le "Penelope Gate" de François Fillon en 2017.

Commentaires
Nos articles sont fermés aux commentaires.