Les recrues étrangères de l’Etat islamique seraient "significativement plus éduquées que leurs compatriotes" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les recrues étrangères de l’Etat islamique seraient "significativement plus éduquées que leurs compatriotes"
©Reuters

Profil

Les recrues étrangères de l’Etat islamique seraient "significativement plus éduquées que leurs compatriotes"

Une étude de la Banque mondiale, qui s’appuie sur des données internes du groupe djihadiste, a livré des conclusions plutôt étonnantes.

Quel est le niveau d’éducation des recrues étrangères de l’Etat islamique ? La Banque mondiale s'est penchée sur la question, et dans une étude publiée mercredi à partir de données internes à l'organisation djihadiste, a livré une réponse plutôt étonnante. Seon l'institution, les membres de l'organisation terroriste sont mieux formées qu'attendu.

"Le groupe Etat islamique n’est pas allé chercher ses recrues étrangères parmi les pauvres et les moins bien formés, mais plutôt le contraire", souligne la Banque mondiale. "L’une des découvertes les plus importantes est que ces personnes sont loin d’être des illettrées. Les recrues du groupe Etat islamique provenant d'Afrique, du sud et de l'est de l'Asie et du Moyen-Orient sont significativement plus éduquées que leurs compatriotes. La grande majorité affirme avoir eu un emploi avant de rejoindre l'organisation".

Afin d’étudier la question, la Banque mondiale a exploité la fuite de données internes du groupe djihadiste portant sur 3803 recrues. Pays de résidence, nationalité, niveau d'éducation ou encore les expériences précédentes dans le djihadisme et la connaissance de la charia, ont ainsi été analysés. Pour l’institution, la marginalisation et notamment le chômage sont des vecteurs de radicalisation et d’engagement dans le terrorisme.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !