Les lettres du Prince Charles envoyées au gouvernement bientôt rendues public | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Prince Charles est tenu de ne pas s'immiscer dans les affaires de l'Etat.
Le Prince Charles est tenu de ne pas s'immiscer dans les affaires de l'Etat.
©

Crime de lèse-majesté

Les lettres du Prince Charles envoyées au gouvernement bientôt rendues public

En 2012, cette correspondance avait été bloquée par le procureur général d'Angleterre.

Le Prince Charles soupçonné d'ingérence dans les affaires de l'Etat ? La Cour suprême britannique vient d'autoriser la publication des lettres, jusqu'alors secrètes, du Prince Charles envoyées à sept ministères entre 2004 et 2005. Une correspondance assez conséquente.

En 2012, le procureur général d'Angleterre avait imposé son veto à la publication de ces courriers. En effet, le Prince Charles, en qualité de futur roi, pourrait être gêné alors qu'il est tenu comme tous les souverains britanniques à ne pas s'immiscer dans les affaires de l'Etat. Autrement dit, régner mais ne pas gouverner.

En 2005, le journal anglais The Guardian avait tenté de publier le contenu des échanges entre le prince héritier et les ministères de la Santé, de l'Environnement, de la Culture entre autre, alors que Tony Blair dirigeait un gouvernement travailliste. A cette époque, la justice avait accepté que ces lettres paraissent avant que le procureur ne s'y oppose. Le Prince Charles a souvent été pointé du doigt pour ses innombrables lettres et de tenter de faire du lobbying auprès de l'Etat. Des notes qualifiées "d'araignée noire" à cause de l'écriture si singulière du prince. 

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !