Les États-Unis auraient versé plus de 10 milliards de dollars à l'Iran depuis 2013 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les États-Unis auraient versé plus de 10 milliards de dollars à l'Iran depuis 2013
©Reuters

Juteux

Les États-Unis auraient versé plus de 10 milliards de dollars à l'Iran depuis 2013

"Après la conférence de Genève et l'accord qui en a résulté, il a été décidé que 700 millions de dollars seraient distribués chaque mois" par les Etats-Unis, aurait déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères.

Selon plusieurs responsables iraniens, cités par le site américain "The Washington Free Beacon", l'administration Obama a versé à l'Iran plus de 10 milliards de dollars en argent liquide, en or, et en avoirs depuis 2013. Ces mêmes responsables affirment par ailleurs que la Maison Blanche a volontairement sous-estimé le total des sommes versées à l'Iran.

Au début du mois de janvier, le ministre iranien des Affaires étrangères avait déjà confirmé les informations du Wall Strett Journal, selon lesquelles 10 milliards de dollars avaient été versés en liquide et en avoirs à l'Iran depuis 2013, notamment afin de maintenir la solidité de l'accord nucléaire. 

"Je n'évoquerai pas le montant précis", avait ajouté en Persan le ministre iranien, d'après la traduction réalisée par le Washington Free Beacon. 

"Après la conférence de Genève et l'accord qui en a résulté, il a été décidé que 700 millions de dollars seraient distribués chaque mois" par les Etats-Unis. "En plus des sommes en liquides que nous avons reçues, nous avons également reçu de l'or", aurait également révélé le ministre iranien. 

>>>> À lire aussi : Et le grand gagnant de la bataille d'Alep est... l'Iran. Que va donc faire Donald Trump ?

 

Lu sur freebeacon.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !