Les déclarations d'intérêts des parlementaires rendues publiques pour la première fois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les déclarations d'intérêts des parlementaires rendues publiques pour la première fois
©

Clarté

Les déclarations d'intérêts des parlementaires rendues publiques pour la première fois

Le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié les déclarations en fin de matinée.

La grande opération transparence à l'Assemblée nationale a lieu ce jeudi. En effet, les déclarations d'intérêts des parlementaires ont été rendues publiques pour la première fois ce jeudi. Le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié les déclarations en fin de matinée. Cette décision avait été votée après l'affaire Cahuzac en octobre 2013.

Les activités professionnelles exercées en parallèle, la détention d'actions de sociétés, les fonctions bénévoles, tout doit être dévoilé. Dans le détail, le cumul de plusieurs activités n'est pas illégal. Selon Le Nouvel observateur toujours, "il est simplement interdit à un parlementaire de commencer une activité de conseil en cours de mandat, mais pas d'avocat". 

A l'automne, mais pas avant, les préfectures vont avoir à leur disposition les déclarations de patrimoine des parlementaires. "Les déclarations d'intérêts des parlementaires comprennent les activités actuelles et celles exercées au cours des cinq dernières années, la participation éventuelle aux organes dirigeants de tout organisme ou entreprise, les participations au capital d'une société, les fonctions bénévoles susceptibles de faire naître un conflit d'intérêts" écrit Le Nouvel Observateur.

Les activités de leurs conjoints doivent être aussi dévoilées, tout comme les noms des collaborateurs des députés et leurs fonctions exactes. Invité d'Europe 1, Bernard Debré s'est dit favorable à ce projet à condition de ne pas jeter l'opprobre sur les parlementaires. "Laissez la suspicion d'honnêteté" a-t-il dit. Mais cette opération transparence devrait faire frémir quelques uns. 

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !