Le Royaume-Uni veut maintenir une relation forte avec la France après le Brexit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Royaume-Uni veut maintenir une relation forte avec la France après le Brexit
©Reuters

BFF

Le Royaume-Uni veut maintenir une relation forte avec la France après le Brexit

La Première ministre britannique Theresa May a rencontré Bernard Cazeneuve, vendredi, et l'a assuré de sa volonté de maintenir des relations de coopération fortes.

La Première ministre britannique Theresa May a rencontré son homologue français  vendredi à Londres. Une rencontre lors de laquelle elle a assuré Bernard Cazeneuve de sa volonté de maintenir des relations de coopération étroites entre la France et le Royaume-Uni et ce, même après le Brexit.

Les deux chefs de gouvernement ont jugé nécessaire la conclusion rapide d'un accord "sur les droits des citoyens de l'UE au Royaume-Uni et des citoyens britanniques dans l'UE" dans la perspective du Brexit, selon un communiqué rendu public par les bureaux de Theresa May.

"La Première ministre a dit clairement que si le Royaume-Uni quitte l'UE, nous ne quittons pas l'Europe" indique Downing Street, qui ajoute que les deux chefs de gouvernement sont d'accord concernant "la nécessité de maintenir notre coopération étroite sur la sécurité et la défense, y compris par le biais de l'Otan". "Le Royaume-Uni et la France ont très bien travaillé sur de nombreuses questions, notre relation bilatérale est très forte et j'espère être en mesure de la développer dans de nombreux domaines", a déclaré Theresa May.

Le Royaume-Uni est en pleines préparation du déclenchement, avant le 31 mars, de l'article 50 du traité de Lisbonne, qui marquera le départ de deux ans de négociations pour sortir de l'UE.

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !