Le Pape dénonce "la tragédie humanitaire" en Syrie et en Irak, et appelle à prier pour le Kenya | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le pape François lors de son message "Urbi et orbi".
Le pape François lors de son message "Urbi et orbi".
©Reuters

Espoir

Le Pape dénonce "la tragédie humanitaire" en Syrie et en Irak, et appelle à prier pour le Kenya

Le souverain pontife a délivré son message "Urbi et orbi" à Rome à l'occasion de Pâques.

Un message d'espérance et d'appel à la solidarité internationale face aux conflits. Le pape François a livré dimanche matin depuis la basilique Saint-Pierre son message "Urbi et orbi" à l'occasion des traditionnelles fêtes de Pâques devant des milliers de fidèles. Mais ses paroles, le souverain pontife a voulu les adresser au monde entier.

Le Saint-Père a d'abord appelé la communauté internationale à ne pas rester indifférente face à "l'immense tragédie humanitaire"  qui sévit en Syrie et en Irak.  "Que cesse le fracas des armes et que se rétablisse la bonne cohabitation entre les différents groupes qui composent ces pays bien-aimés", a-t-il martelé. Sans nommer les persécutions des Chrétiens par les groupes djihadistes, il a appelé le Christ à "alléger les souffrance de tant de nos frères persécutés à cause de son nom".

Quelques jours après le massacre de 148 personnes à l'université de Garissa, dont une majorité de catholiques, le Pape a également appelé le monde entier à prier pour le Kenya. "Qu'une prière incessante monte de tous les hommes de bonne volonté pour ceux qui ont perdu la vie - je pense en particulier aux jeunes qui ont été tués jeudi à l'Université de Garissa, pour tous ceux qui ont été enlevés".

Enfin le souverain pontife a salué "l'espérance" qu'apporte l'accord trouvé entre l'Occident et l'Iran concernant le nucléaire. Rêvant que cette décision "soit un pas définitif vers un monde plus sûr et fraternel".

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !